TRADUCTION | Saison 5 | Article | Caitriona Balfe : comment Claire va-t-elle se remettre après le final de la saison 5 ?

 

 

 

 

 

 

 

Article paru sur le site elle.com, publié le 12 mai 2020, écrit par

Traduction en Français proposée par Maya J. | Relecture Aurélie

 

Inspiré de l’une des histoires les plus bouleversantes de la série, l’épisode retrace une attaque brutale contre Claire : Elle est kidnappée, battue et violée par des hommes qui méprisent sa nature entêtée et ont l’intention de la punir pour l’influence qu’elle exerce sur leurs épouses. Claire est finalement sauvée par Jamie (Sam Heughan) et sa famille, qui massacrent ses agresseurs avant de la ramener chez elle pour la soigner. Mais alors qu’elle lutte pour avancer, sa frustration se transforme en une explosion de larmes, que Balfe exprime avec une immense dignité.

“Elle veut être une superwoman et pouvoir dire que cela ne va pas la briser, mais le fait est qu’elle n’a pas vraiment le contrôle”, explique Balfe. “Il lui faudra de la patience, ainsi que la bienveillance et l’amour de sa famille, pour s’en sortir”.

 

Alors que l’attaque de Claire dans le roman semble accidentelle, la série s’efforce de la présenter comme étant inévitable, et veille à éviter la gratuité. Ici, Claire se dissocie, entrant dans un état de rêve où sa famille se réunit pour célébrer Thanksgiving dans les années 60. C’est une séquence audacieuse qui offre des clins d’œil intelligents aux fans de longue date de la série tout en restant fidèle à la nature horrible de l’expérience de Claire.

“Claire est une voyeuse de sa propre imagination”, dit Balfe. “Elle essaie de construire cette belle image de famille qui est un endroit sûr pour elle, mais elle n’est jamais totalement pure parce que Lionel s’y infiltre. Peu importe le temps qu’on passe dans cet autre monde, je n’ai jamais voulu que les spectateurs oublient que c’est parce que quelque chose de terrible se passe ailleurs”.

Avec Heughan, Balfe est officiellement devenu producteur cette saison, et l’influence des stars est évidente dans ces derniers épisodes. Malgré la difficulté du sujet, le final est un véritable retour à l’esprit des premières saisons. Bien qu’il ne dure que 52 minutes, il ressemble à un long métrage, et reprend tous les éléments de ce qui rend Outlander tellement addictive, de l’action soudaine aux moments d’intimité. Cela ne peut que augurer de bonnes choses pour la saison 6.

Ci-dessous, Balfe décompose les diverses facettes du final, comment la production a changé sa perspective et ce qui va suivre pour Claire.

 

Que signifie pour vous le fait de devenir productrice cette saison ?

C’est quelque chose que je voulais depuis un certain temps. On a souvent des craintes quand les acteurs essaient de se lancer dans la production. Pour moi, c’est une suite logique de la progression au sein de cette entreprise. J’aime résoudre les problèmes. J’aime regarder autour de moi ce que chacun fait et me demander comment améliorer les choses. Sam et moi avions une connaissance approfondie de la série et je pensais que nous avions beaucoup à offrir et que nous aurions une influence positive.

Mais c’est arrivé très tard : nous avons obtenu l’approbation juste avant de commencer le tournage. C’était un peu une courbe d’apprentissage. Nous n’avons pas vraiment participé à l’élaboration des scénarios, et c’est vraiment vers la deuxième moitié de la saison que nous avons eu le plus d’influence, du moins sur le terrain.

 

Quelle a été votre influence sur ce dernier épisode ?

Matt [Roberts, showrunner] a eu l’idée que Claire allait entrer dans cet état dissociatif ou partir quelque part – il ne voulait pas rester avec le viol. Il pensait que c’était une chose vraiment horrible pour un public, ce que j’ai approuvé, et il a eu l’idée qu’elle retourne dans les années 60 dans sa tête. Quand il m’a l’a présenté au début, j’étais vraiment intriguée par cette idée – explorer ce dispositif psychologique dont les gens ont besoin pour se protéger. Ensuite, il a fallu beaucoup de travail pour trouver à quoi cela ressemblerait et pour amener le scénario à un endroit où tout le monde se sentait à l’aise.

Malgré l’horreur du sujet, cet épisode ressemble à un retour à l’esprit de la saison 1. Il y a des moments d’intimité familiale, et j’ai apprécié d’avoir un épisode complet consacré à Claire et à son état d’esprit.

C’est un hommage des scénaristes. La saison dernière a été une saison difficile pour tout le monde. C’était très transitoire – nous étions dans un nouveau lieu en tant que série et il y a eu beaucoup de mouvements. Nous n’avons pas vraiment pu nous poser et passer du temps avec ces personnages, et les scénaristes l’ont compris. Ils ont travaillé dur cette saison, et Sam et moi avons certainement poussé pour plus de ces moments intimes-sans-être-sexuels.

« L’intimité d’un mariage est tellement plus qu’une simple scène de sexe. Nous avons réussi à trouver certains de ces moments.. »

Dans le cinquième tome, Claire est peu présente par rapport aux autres livres. Son histoire est un peu en retrait. Je pense que c’est en partie la raison pour laquelle Matt et Maril [Davis, producteur exécutif] ont décidé de tirer cette histoire du sixième livre. C’est une arme à double tranchant parce que, bien sûr, nous voulons un matériau de qualité et quelque chose qui vous mette vraiment au défi, mais c’est vraiment une histoire difficile et non quelque chose que vous adorez faire ou vivre, surtout quand vous êtes tellement respectueux de votre personnage. Vous vous dites : “Est-ce qu’on doit vraiment faire ça ?” Mais cela fait partie du parcours de Claire et nous avons eu l’opportunité de le faire avec beaucoup de respect en donnant à Claire autant de moyens d’action que nous le pouvions. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir comment nous allons continuer à partir de là et explorer son rétablissement, parce que c’est incroyablement important..

Ces scènes avaient un sens pour moi en tant que spectateur, alors qu’elles n’ont pas vraiment percuté quand j’ai lu le livre. L’attaque semble inévitable parce que Claire a toujours été déterminée à utiliser ses connaissances du futur pour aider les femmes. Elle considère que c’est son devoir et ne  pensait pas devoir le regretter. Malheureusement, il semble inévitable que les hommes de cette époque, s’ils apprenaient ce qu’elle faisait, voudraient la “punir” pour avoir donné de la liberté d’action à leur femme.

C’est une chose très différente quand on lit. Vous apportez votre propre code moral ou point de vue personnel, et votre capacité à digérer certains types d’informations et de situations.

« C’est complètement dépourvu de filtre : C’est vous, le livre et les mots, et vous pouvez traduire cela comme vous le souhaitez. Mais lorsque vous l’adaptez, vous présentez un certain point de vue au public . Il faut faire très attention à la place que l’on occupe ».

Nous avons beaucoup parlé de l’après-viol avec Claire et Jamie. Dans le livre, il y a une scène de sexe très animale qui semblait complètement inappropriée à montrer, surtout si rapidement après quelque chose de tellement horrible.

Dans le livre, ça peut marcher parce que quand vous êtes dans la tête de quelqu’un et que vous êtes intimement lié aux pensées de Claire, c’est exactement ce qu’elle veut à ce moment-là. Mais si vous preniez un peu de recul et que vous faisiez cela comme une série télévisée, le fait que Jamie vienne et dise : “Bon, on va faire ça” – ça n’aurait jamais marché. Nous avons essayé autant que possible de prendre le noyau de l’histoire de Diana et de le traduire d’une manière qui fonctionne pour nos personnages mais aussi pour un public moderne.

Matt et moi avons parlé du fait que Claire est une femme forte et que rien ne l’affecte vraiment – [qu’] elle peut traverser n’importe quelle situation et qu’elle est complètement indestructible. J’ai pensé qu’il était très important de montrer que la force n’est pas seulement une question de choses qui ne vous affectent pas. Elle est profondément blessée par tout cela. [Voir cela à l’écran] peut nous permettre à tous d’avoir plus de compassion pour les gens qui traversent cette épreuve.

 

Quelle était l’ambiance sur le plateau pendant le tournage de l’épisode 12 ?

Je pense que c’était très différent pour tout le monde et pour moi. Je me suis tenue à l’écart de tout le monde, mais Jamie Payne, qui était notre réalisateur pour ce volet, était fantastique. Il faut lui attribuer tout le mérite d’avoir eu une vision tellement précise pour cet épisode, surtout sur le plan visuel. Lui et moi avons travaillé en étroite collaboration sur la façon dont tout cela allait être filmé. Dans le scénario original, il y avait beaucoup plus de dialogues – même Claire en avait beaucoup.

« J’avais le sentiment profond qu’elle ne devait pas parler dans cette création de sa propre imagination. Pour moi, quand on rêve, on ne se voit jamais. On sent ses mots et ses actions, mais on n’est jamais en dehors de soi-même. Je voulais que ce soit comme ça. »

 

Et l’attention portée aux détails est tellement impressionnante. Le travail de Gary Steele va me manquer.

Moi aussi. Personnellement et professionnellement, je l’adore. Toute son équipe est tellement talentueuse. Cette maison était magnifique, mais ils l’ont complètement refaite – ils ont mis en place ce magnifique revêtement en liège avec des taches dorées sur les murs. Quand vous faites ces projets très stylisés, surréalistes et très émotionnels, pour pouvoir vous y perdre, il faut avoir des éléments visuels qui vous entourent et vous soutiennent. Chaque détail était parfait. C’est un génie et nous sommes très tristes qu’il soit parti.

 

Que signifie cet épisode pour la saison 6 ?

J’ai bien aimé le tome 6. Il est probablement beaucoup plus facile à adapter que ne l’était le cinquième. Même si cette saison a été très forte, le livre lui-même a été une adaptation plus difficile. Pour Claire, cela va être un cheminement vers la guérison. Elle va probablement essayer de continuer à travailler et de revenir à la normale, mais je ne pense pas qu’elle soit pleinement consciente de la difficulté psychologique que cela va être pour elle. Il est évident que la guerre arrive. Il se prépare beaucoup de choses à l’horizon. J’ai déjà lu deux scénarios, et une fois que nous aurons repris le tournage, je pense que ce sera à nouveau une saison forte.

 

Vous apprenez encore de nouvelles choses sur Claire, ou vous abordez le rôle de manière plus expérimentale ?

Cela aide que nous ne nous contentons pas de faire une seule chose. Elle a évolué de façon tellement différente à chaque saison. Je suis aussi constamment surprise par elle. J’ai adoré le fait que Claire soit ménopausée vers la fin de cette saison – j’ai plaidé très tôt pour qu’il y ait beaucoup plus de choses de ce genre. C’est un moment fascinant dans la vie d’une femme à explorer. J’espère que nous pourrons le prolonger dans la prochaine saison parce que cela a un impact énorme sur ce que vous ressentez en tant que femme, sur vous-même et votre famille et sur votre confiance.

Avez-vous demandé autre chose, comme de dépeindre les amitiés entre les femmes du Ridge ?

Nous devons constamment avoir ce rappel que les amitiés féminines et la représentation des femmes sont vitales. Il y a toujours un danger lorsque vous réalisez un reportage d’époque qui va de pair avec la perception de connaissances, comme “C’est comme ça que l’histoire était”. Non, c’est comme ça qu’on nous dit que l’histoire est. Les personnes qui écrivent l’histoire sont généralement le sexe, la culture et la société dominants. Il est toujours plus intéressant de présenter l’histoire de manière honnête au lieu de la régurgiter. C’est une chose pour laquelle nous nous battons toujours : Ne faisons pas quelque chose parce qu’on nous a dit que c’est ce qui se passe. Découvrons ce que ces personnes ont réellement vécu et ressenti.

 

J’étais vraiment en train de pleurer à cause des sandwiches au beurre de cacahuètes et à la confiture dans l’épisode 11. Cela m’a vraiment fait comprendre que ces gens tirent le meilleur parti d’une situation étrange.

Diana [Gabaldon, l’auteur de Outlander] a écrit ce scénario. Elle a une connaissance si intime de ses personnages et de son monde que, même s’il y a beaucoup de choses dans l’épisode qui se sont éloignées du livre, il reste authentique et naturel. C’est l’un des épisodes où Sam et moi avons eu le moins de remarques. C’est très fidèle à la série. Dans Outlander, nous faisons deux choses simultanément : Nous créons ce lieu accueillant et chaleureux où les gens peuvent s’évader, et pourtant nous vous montrons aussi les côtés très sombres de l’humanité. C’est deux côtés difficiles d’une pièce de monnaie à tenir simultanément, et nous devons toujours équilibrer l’un avec l’autre.

 

Est-ce que le fait d’être producteur a changé votre quotidien ?

Un peu. Il a fallu régler les problèmes. Parce que nous connaissons tellement bien notre équipe que lorsqu’ils avaient des problèmes, ils se sentaient plus enclins à dire : “Nous avons un souci  avec ça. Pouvez-vous nous aider ?”

Évidemment, notre équipe de production sur le terrain est incroyable, mais nos scénaristes, ainsi que Matt et Maril, sont à Los Angeles la plupart du temps.

C’est bien d’avoir quelqu’un sur le terrain qu’ils connaissent vraiment bien. Et puis aller aux réunions de production était tellement fascinant. Tout le monde disait : “Vous ne pouvez pas avoir envie d’y assister. C’est tellement ennuyeux…” Et nous répondions, “Non, nous voulons y aller.”

Je m’intéresse à la production. Je veux pouvoir participer à la création du contenu et voir les éléments de base qui permettent de faire démarrer un scénario et tous les gens impliqués pour s’assurer que les décisions sont prises au bon moment.

 

Quelle est la première chose que vous ferez quand vous reviendrez sur le plateau ?

Tout le monde essaie de savoir à quoi cela va ressembler. Tout le monde me manque. Notre équipe me manque. Nous avons pris des petits apéritifs en ligne – moi-même, Maria [Doyle Kennedy], Lauren [Lyle] et Sophie [Skelton] nous en avons pris un la semaine dernière. Je ne voudrais pas que cela devienne la nouvelle norme.

« De penser que nous pourrions être de retour sur le plateau et qu’on ne peut pas étreindre les gens… » J’espère que nous arriverons à un moment où le contact humain n’est pas quelque chose qui doit être craint. C’est une chose vraiment horrible à imaginer.

 

Cette interview a été organisée et condensée pour plus de clarté.

 

source : https://www.elle.com/culture/movies-tv/a32428271/outlander-caitriona-balfe-season-5-finale-interview/?utm_source=twitter&utm_campaign=socialflowTWELM&utm_medium=social-media

 

11 commentaires

  1. Que dire de ce dernier épisode de la saison 5. Tellement de chose à dire. Jeux superbe des acteurs comme toujours. C’est vrai on se lasse pas de cette adoration perpétuelle qu’il y a entre Jamie et claire et on attend avec impatience la saison 6.
    Une chose m’interpelle quand même. Pourquoi pour le viol de Jamie l’équipe du film n’ont pas pensé à faire pour Jamie comme pour claire au lieu de nous montrer tout ce que Jamie subit par Randall. De montrer un viol masculin n’est pas aussi horrible pour le public que celui d’une femme. Ou bien est ce à cause que depuis quelque temps les viols que les femmes subissent sont dévoilés au grand public ?
    A cette époque là les femmes étaient considérées comme des moins que rien. Les violences physiques et/ou sexuelles étaient leur lot. D’ailleurs Jamie le dit après avoir inflige une fessée à Claire il est peut être temps de changer les coutumes. Claire oublie qu’elle a changé de siècles et que le respect de la femme n’est pas le même qu’en son temps. C’est vrai elle oublie qu’elle st qu’une femme et elle se prend quand même un petit peu pour Dieu et ça se retourne contre elle.

    Quand Claire dit à Jamie quelle est un peu secouée et Jamie lui répond qu’il comprend ce qu’elle ressent. Elle répond non (elle a oublié que lui aussi a été torturé et violé) qu’elle a survécu à une guerre mondiale, perdu un enfant et 2 maris (le premier mari c’est Franck mais le 2eme c’est qui ?)
    Merci de m’éclairer.

    1. Oui j’ai tiqué aussi lorsque claire à parlé de son 2ieme mari ??? A mon avis elle parle de Jamie quand elle a dû repartir dans son époque contrainte et forcé. Elle a perdu son amour pour lui durant vingt longues années. Quand elle est revenu.
      ……ce mari avait bien changé et elle a dû réapprendre à le connaitre

    2. Le deuxième mari que Claire à perdu c’est Jamie pendant 20 ans car elle le croyait mort, avec les conséquences douloureuses qui en ont découlé. Pour ce qui est de deux viols majeurs, mon avis est que dans la première saison on était plongés dans le 18ème siècle en immersion totale et sans condition, les personnages se forgeant une place bien déterminée dans la série. Dans la 5ème saison, ils ont mûri, ils voient avec les yeux de l’expérience, l’amour sous toutes ses formes étoffe les personnages et l’approche qu’ils ont des choses est différent. La perspicacité intelligente que les scenaristes ont adopté pour le mettre en évidence, offre aux téléspectateur un thème toujours tres pénible mais dérobé de tout voyeurisme qu’aurait été déplacé dans cette saison. L’évolution intimiste des personnages dans les livres est puissante et la respecter à l’ecran permet, à mon avis, de la sublimer comme elle le mérite.

    3. Le 2ème, c’est Jaimie pour moi qu’elle a perdu pendant 20 ans… Même s’ils se sont ensemble, c’est une perte, jamais elle ne pensait qu’elle le retrouverait… Il y a un sentiment de perte….

  2. Bonjour…tout ce travail que vous fournissez pour nous est vraiment exceptionnel et nous réchauffe le cœur. Merci d’être là pour nous. Je suis très contente de vous lire. Ainsi je constate que je ne suis pas seule devant ma dévotion pour outlander. …merci beaucoup🥰

  3. Merci pour le partage! Riche itw qui confirme que CB (tout comme SE) possède un riche éventail d’idées toutes si bien analysées ! Tout thème est abordé dans la série avec précision délicatesse pudeur mais aussi avec recul analyse… chapeau! Outre les magistrales interprétations de ce qui est décidé en final d’être montré, décor manière de filmer font un tout unique qu’est Outlander. A suivre donc 🙂

  4. Merci pour cette traduction qui permet de connaître les avis de Caith. Ce qu’ elle a voulu exprimer pendant le tournage de cet épisode, est partie gagnée à l’écran et mon ressenti l’embrasse avec conviction .

  5. Merciiiiiiiiiii pour la traduction de cette interview… C’est mieux que d’ouvrir avec Google Chrome…. 😂👍
    Très belle analyse, ressenti et investigation de Cait, l’adaptation du livre à l’écran est très bien faite…. Le fait que Cait et Sam sont producteurs amènent une profondeur dans la série…. Car entre ceux qui est écrit sur le script et le jeu d’acteur, ce n’est pas forcément faisable….. Les acteurs ont plus d’appuis en ayant des producteurs à leurs côtés…. Cela est prometteur pour la saison 6….

  6. Je suis tombée amoureuse de Outlander dès le premier épisode. Qu’elle femme ne rêverait d’avoir pour compagnon un homme comme Jamie, très amoureux de Claire, attentionné, prévenant, protecteur, les scènes sont magnifiques et parfois très dures. C’est une femme de nôtre époque, libre, qui fait preuve d’humanité envers les autres, hommes ou femmes, qui est toujours à la recherche du bien être des personnages de cette époque.
    On pourrait croire que Jamie et Claire sont un vrai couple dans la vie tant qu’il se comprennent, si bien, parfois sans rien dire un seul regard suffit. Ce sont pour moi de très grands acteurs. Et cela va être Long d’attendre les prochains épisodes prévus pour 2021.

  7. Très très long…..Fraiser’s Ridge et ses habitants me manquent terriblement. Après cette saison 5, il n’en pouvait être autrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *