Outlander saison 4 | Autour de l’épisode 12 | Providence

Outlander saison 4 épisode 12 : Brianna affronte un personnage violent de son passé pour tenter de surmonter son traumatisme ; Roger se lie d’amitié avec un compagnon de captivité et s’efforce de s’échapper du village Mohawk, tandis que Fergus et Marsali planifient une mission dangereuse.

Titre original de l’épisode : Providence
Réalisateur : Mairzee Almas
Scénariste : Karen Campbell

Analyse de l’épisode 12 de la saison 4 d’Outlander

Je vous livre mes impressions et j’analyse certaines thématiques de ce douzième épisode de la saison 4 de la série Outlander :

  • Roger est-il vraiment un idiot ?
  • Comment la musique (Adagio pour cordes de Samuel Barber) qui accompagne la scène du Père Alexandre sur le bûcher m’a bouleversée
  • L’équipe Marsali et Fergus
  • La belle relation de Brianna et Lord John Grey
  • La confrontation dans la prison entre Bonnet et Brianna
Acheter la Saison 4 d'Outlander en DVD et BluRay | Outlander Addict - La Boutique
Acheter la Saison 4 d'Outlander en DVD et BluRay | Outlander Addict - La Boutique

L’épisode 12, « Providence », en une phrase

Les nouvelles au sujet de Bonnet conduisent Brianna et John à Wilmington. Roger se lie d’amitié avec un autre captif. Fergus et Marsali montent un plan risqué pour aider Murtagh. (source: Netflix)

Complétez votre expérience

Pour compléter votre expérience de l’épisode 12 de la saison 4 : les vidéos

Débriefing par les producteurs et scénaristes de la série
Toni Graphia, Maril Davis et Matt Roberts nous en disent plus sur l’épisode 12 : choix du titre, travail de certaines scènes, choix d’intrigues, ce qu’ils aiment personnellement. Nous avons un aperçu du travail qui est opéré dans les coulisses de la série !
Richard Rankin parle de l’épisode
Interview pour SYFY avec le sous-titrage en français. L’acteur qui interprète Roger replonge dans les détails de l’épisode avec Tara Bennett.
Toni Graphia et Matt Roberts – producteurs exécutifs – parlent de l’épisode
Interview pour Sony avec le sous-titrage en français. Les showrunners évoquent les débats concernant la visite de Brianna à Stephen Bonnet en prison.

 

Retrouvez tous les articles autour de la série Outlander sur la Boutique

Outlander DVD | Saison 3 | Outlander Addict
Outlander DVD | Saison 3 | Outlander Addict

PROMO -45%


Le Mans 66 avec Caitriona Balfe | Outlander Addict
Le Mans 66 avec Caitriona Balfe | Outlander Addict

PROMO -39%


Outlander Blu-ray | Saison 4 | Outlander Addict
Outlander Blu-ray | Saison 4 | Outlander Addict

PROMO -25%


L'espion qui m'a larguée avec Sam Heughan | Outlander Addict
L'espion qui m'a larguée avec Sam Heughan | Outlander Addict

PROMO -22%


Outlander Blu-Ray | Saison 1 | Outlander Addict
Outlander Blu-Ray | Saison 1 | Outlander Addict

PROMO -21%



 

La procession de Roger
Anecdotes sur les Mohawks
Des chiffres et des faits amusants concernant les Mohawks


Les scènes coupées de l’épisode 12 saison 4

Lizzie et Phaedre : “Un thé pour deux” (partie 1) | Tea for Two | OUTLANDER UNTOLD
Dans cette délicieuse scène, Lizzie et Phaedre apprennent une leçon de Jocasta, avec l’aide d’Ulysse.
En VO sous-titrée portugais 😅
Lizzie et Phaedre + Jocasta et Ulysse : “Un thé pour deux” (partie 2) | Tea for Two | OUTLANDER UNTOLD
Dans cette délicieuse scène, Lizzie et Phaedre apprennent une leçon de Jocasta, avec l’aide d’Ulysse.
En VO sous-titrée portugais 😅

Anecdotes et secrets de tournage Outlander Saison 4 épisode 12

Plongez dans cet épisode avec des croquis exclusifs, des plans de production et des faits amusants fournis directement par l’équipe d’Outlander.

outlander saison 4 episode 12 roger

Dans cette section, le contenu original provient directement du site Starz. Je me suis “contentée” de le traduire en français. Ce contenu ne m’appartient pas.

LES COSTUMES MOHAWKS


Pour reconstituer le village mohawk, les départements Costume et Coiffure + Maquillage ont équipé des centaines d’acteurs.

Découvrir le livre dont est tiré cet épisode

Acheter le Livre Outlander Tome 4 | Les Tambours de l'Automne de Diana Gabaldon - Saison 4 d'Outlander | Outlander Addict - La Boutique
Acheter le Livre Outlander Tome 4 | Les Tambours de l'Automne de Diana Gabaldon - Saison 4 d'Outlander | Outlander Addict - La Boutique

Retrouvez le décryptage de l’épisode 12 en Podcast

  1. OutlanderAddict - S04E12 - Providence www.outlander-addict.com 52:20
Télécharger le Podcast
OutlanderAddict – S04E12 – Providence
(clic droit > Enregistrer le lien sous…)

🎧 Retrouvez les podcasts d’Outlander Addict sur les différentes plateformes de Podcast:
Retrouvez les podcasts d'Outlander Addict sur iTunes Retrouvez les podcasts d'Outlander Addict sur Deezer

1 commentaire

  1. Bonjour Aurélie.
    Que dire sur cet épisode après que t’as regardé la scène finale!!!
    Tout s’estompe au loin face à un moment de toute émotion, atroce, mais d’une fascinante réalisation.
    De cette musique, je ne m’en souvenais pas et je n’ai jamais regardé le film Platoon, mais je pense qu’elle s’adaptait très bien à cette scène,( une fois n’est pas coutume), car la guerre du Vietnam a envoyé des jeunes hommes à se sacrifier dans une guerre qui n’ont jamais compris.
    Pas de mots, les visages des acteurs, les mouvements parfois au ralenti, comme une flamme qui brule lentement, des moments où le temps est suspendu au dessus de la souffrance des participants à ce triste épilogue.
    Kaheroton presque immobile dans sa douleur, qui “alourdit ” ses mouvements tel un poids insupportable, et le feu qui continue, lui, à s’accomplir dans sa terrible vivacité. Un contraste saisissant qui en devient poignant.
    Cette scène avec le bûcher est difficile à accepter et très dure, mais après lecture des revers de sa réalisation, on ne peut qu’admirer, encore une fois, la performance de l’acteur et des effets spéciaux.
    C’est l’épisode de Richard, une trépidante et convaincante interprétation qui porte le personnage dans un’ évolution qui s’affirme en beauté, de plus en plus.
    Sa souffrance essuyée et toute cette malchance qui le poursuit, l’ont endurci, lui ont fait prendre conscience que il peut se faire valoir pour l’homme qu’il est, pour se défaire de l’impression d’être un l’idiot pour avoir eu à endurer tout ca par amour.
    Pas d’assurance que son calvaire lui servira à reconquérir Brianna, ni à la retrouver, l’incertitude de pouvoir un jour se retrouver libre comme il était, mais une seule conviction qui l’anime, comme pour beaucoup de personnages dans la saga, la réalité de toutes ces difficultés qui lui seront utiles pour mieux rebondir.
    J’ai aussi fort aimé les dialogues dans la hutte avec le père Alexandre, un Roger qui nous offre toutes le palettes de ses pensées, telle une libération dans un échange qui lui a été refusé pendant des mois, bon de cœur qu’il est, sensible et attentif, le partage d’une même souffrance que lui décide de vaincre pour Brianna et que le père Alexandre préfère subir par amour de son Dieu qui domine dans son esprit.
    J’ai adoré, tout en souriant quand il répond à la question du père qui lui demande comment il a abouti là, en lui disant: “Je crois qu’on peut dire que je suis venu à pieds!” (stfr).
    Je ne m’attarderais pas sur un débat théologique pour m’expliquer sa décision, les convictions de l’époque nous paraissent absurdes aujourd’hui, et chacun a les siennes, mais qu’on soit d’accord ou pas, il n’y avait pas vraiment d’échappatoire sans se discréditer. Et si Diana nous impose cela de la sorte, je ne saurais me valoir d’une autre solution.
    J’ai bien aimé entendre Roger et Johiehon parler français, et très bien je trouve, ( mieux que Jamie dans la saison 2) et bien sûr, d’avoir pu regarder toutes ces scènes tournées dans ces décors fabuleux.
    Un an de recherches pour un résultat magnifique. Je crois qu’Outlander avec Gary Steele à touché la réussite dans un total épanouissement et, comme nous avons déjà dit, on se demande si son remplaçant saura être à l’hauteur, car là, on parle vraiment d’une barre très très haute. On a appris à l’ apprécier dans toute l’amplitude de son métier et donc une très grande responsabilité pour le nouveau venu.
    Le choix d’abandonner le bébé est difficile à accepter, là aussi, des mentalités qui se heurtent aux nôtres, mais le mal d’amour peut tuer. On pourrait le voir, peut être, comme une forme de dépression, inconnue à cette époque, qui aurait pu justifier un solution aussi dramatique.
    On reste dans une fiction qu’on apprécie pour son le réalisme, mais qui se charge forcement aussi d’une écriture parfois plus libérale!
    J’ai bien aimé aussi tout échange entre Brianna et Lord John, c’est toujours très bien développé, et à River Run, je trouvais que Brianna était particulièrement belle, tout autant que la robe qu’elle portait.
    Qui plus est, on a l’humour de John….” je doute que votre père vous ait suggérer de prendre le thé avec un meurtrier!!”
    Et quand il lui demande de toucher son ventre…oh lala, j’ai adoré! Quel moment de totale complicité pour eux deux dans cette détresse, touchant et plein de tendresse, et pour moi, encore, la touche insolite d’Outlander qui fait toute la différence!! De toute façon, il était son fiancé, il en avait le droit, what else !!
    Quant au choix d’aller voir Bonnet, une preuve de courage, encore rare de nos jours, et tout était bien ficelé pour développer la suite de l’histoire .
    Je n’avais pas trop compris pourquoi elle lui a dit que c’était son enfant ( toujours. stfr), elle en fait une preuve de sa volonté de lui pardonner, mais perso, il ne méritait pas de savoir qu’il laissait des “descendants”. D’ailleurs elle savait que le doute sur sa paternité était possible, donc pour moi, un ‘assurance un peu forcée.
    Rien d’étonnant j’imagine, si je te dis que ce trousseau de clefs jeté parterre, était digne d’un dessin animé pour enfants, une facilité vite trouvée pour laisser le doute sur la survie de Bonnet.
    Néanmoins, j’ai bien aimé la réalisation de toutes les scènes tournées à la prison, il y avait une très belle lumière et je l’ai mieux apprécié que dans la livre, où la description m’a paru assez longue et pas nécessairement très claire à visualiser! Il est vrai que Diana utilise parfois une terminologie pointue qui échappe à mes connaissances et que donc déforme mon image virtuelle.
    L’histoire de Murtagh y a été greffée et on retrouve donc Fergus et Marsali, soudés dans leur amour et le respect de ceux qu’ils sont, le but étant en plus, de les ramener à Fraser’ Ridge pour la suite. J’ai ris sur ton commentaire sur la fuite avec le chariot. Moi j’ai bien aimé voir la rapidité de nos deux fugitifs qui se glissaient sous la bâche et Marsali tirer le cordon qui la fermait, Bonnie et Clyde du 17émé!!
    Jamie et Claire ne sont pas là non plus dans cet épisode, et toutes les observations que a fait sur le sujet, se complaise de mon ressenti aussi.
    Ce n’est pas un épisode que j’avais aimé particulièrement, mais je salue avec déférence ton décryptage qui m’a vraiment permis de l’apprécier, il est porteur de beaucoup de facettes cachées qu’ enrobent les personnages et que ne sautent pas nécessairement aux yeux .Tu as su aussi relever les thématiques religieuses, étant sans nul doute, le but des réalisateurs qui, d’emblée, ne parait pas si évident.
    Je comprend enfin ton désappointement face aux traduction Fr, j’ai toujours été étonnée de constater qu’il y a aussi une flagrante différence entre les sous-titres et le récit vocal. Et l’exemple que tu donnes de la hutte, en est un des plus évident. Maintenant dire” cette idiote de hutte”, n’a pas trop de sens pour moi non plus, le mot “idiot” s’adressant plus aux personnes. Il a été sous-titré par “cette bête hutte” qui donne mieux l’impression de l’agacement de Roger. Pour autant qu’on puisse considérer les deux mots synonymes, il y a nuance expressive. Donc, le doublage laisse en effet à désirer, mais c’est souvent le cas.
    Nous allons vers le dénouement final de la saison, ce qui est certain est que de la sorte, on a paillé tant bien que mal au manque de la saison 6, en découvrant cette 4éme avec d’autres yeux.
    Merci pour tes articles en annexe toujours très utiles à une meilleure compréhension de ce que les réalisateurs ont souhaité nous offrir et rendez-vous au prochain!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *