Outlander saison 4 | Autour de l’épisode 11 | Tel père, telle fille

Outlander saison 4 épisode 11 : Jamie, Claire et Petit Ian s’embarquent dans un long voyage à l’issue incertaine pour sauver Roger, tandis que Brianna se lie d’amitié avec un des vieux amis de Jamie, tout en repoussant les prétendants que lui présente la tante Jocasta.

Titre original de l’épisode : If Not For Hope
Réalisateur : Mairzee Almas
Scénariste : Bronwyn Garrity et Shaina Fewell

Analyse de l’épisode 11 de la saison 4 d’Outlander

Je vous livre mes impressions et j’analyse certaines thématiques de ce onzième épisode de la saison 4 de la série Outlander :

  • A Wilmington avec Marsali, Fergus et Murtagh
  • Les prétendants de Brianna, la relation avec Jocasta
  • Lord John Grey, le chevalier blanc
  • Le malaise palpable entre Claire et Jamie
Acheter la Saison 4 d'Outlander en DVD et BluRay | Outlander Addict - La Boutique
Acheter la Saison 4 d'Outlander en DVD et BluRay | Outlander Addict - La Boutique

L’épisode 11, « Tel père, telle fille », en une phrase

À River Run, un dîner organisé pour un lord en visite met Brianna dans une situation délicate. Pendant ce temps, Murtagh et Fergus cherchent Bonnet.  (source: Netflix)

Complétez votre expérience

Pour compléter votre expérience de l’épisode 11 de la saison 4 : les vidéos

Débriefing par les producteurs et scénaristes de la série
Toni Graphia, Maril Davis et Matt Roberts nous en disent plus sur l’épisode 11 : choix du titre, travail de certaines scènes, choix d’intrigues, ce qu’ils aiment personnellement. Nous avons un aperçu du travail qui est opéré dans les coulisses de la série !
Interview de Lauren Lyle (Marsali) et César Domboy (Fergus)
Richard Rankin parle de l’épisode
Interview pour SYFY avec le sous-titrage en français. L’acteur qui interprète Roger replonge dans les détails de l’épisode avec Tara Bennett.
David Berry parle de sa scène de sexe gay dans l’épisode
Au cours d’une discussion avec Diana Gabaldon, l’auteure des romans, David Berry qui incarne Lord John Grey dans Outlander, a dévoilé les coulisses de sa scène de sexe gay dans l’épisode 11 de la saison 4. Extrait du podcast OUTCASTS que David Berry et Tim Downie ont animé ensemble en 2020.
Toni Graphia – producteur exécutif – parle de l’épisode
Interview pour Sony avec le sous-titrage en français. Toni Graphia (auteur, scénariste, productrice) explique le choix de Roger de ne pas traverser les pierres alors qu’il en avait la possibilité.

 

Retrouvez tous les articles autour de la série Outlander sur la Boutique



PROMO -0%




PROMO -0%


Outlander DVD | Saison 3 | Outlander Addict
Outlander DVD | Saison 3 | Outlander Addict

PROMO -45%



 

Les scènes coupées de l’épisode 11 saison 4

Marsali et Murtagh : “Des invités indésirables” | Unwanted Houseguests | OUTLANDER UNTOLD
Une très très belle scène impliquant Murtagh et Marsali.
Tournée spécialement pour les bonus des DVD Edition Collector. En VO sous-titrée portugais 😅

Anecdotes et secrets de tournage Outlander Saison 4 épisode 11

Plongez dans cet épisode avec des croquis exclusifs, des plans de production et des faits amusants fournis directement par l’équipe d’Outlander.

outlander saison 4 episode 11 brianna

Dans cette section, le contenu original provient directement du site Starz. Je me suis “contentée” de le traduire en français. Ce contenu ne m’appartient pas.

 

LES DESSINS DE BRIANNA

Kimberley Bright, du département artistique, a passé du temps à développer le style de dessin de Brianna, souhaitant que ses œuvres d’art évoquent subtilement le style des années soixante-dix mais, en même temps, ne semblent pas trop incongrues au XVIIIe siècle.

J’ai commencé par faire des dessins aux pastels vifs et colorés mais, après de nombreuses discussions, nous avons fini par les rendre beaucoup plus sombres et monochromes pour refléter son angoisse ! Le dessin le plus angoissant figure dans l’épisode 411, dans la salle à manger de River Run. Ce dessin, qui était au départ un “autoportrait”, a évolué vers le dessin en noir et blanc que l’on voit dans la scène elle-même, avec plusieurs visages angoissés. Ce dessin représente Brianna, Lizzie et Phaedre et la tourmente à laquelle elles sont toutes confrontées en tant que femmes – en particulier Phaedre en tant qu’esclave – vivant au XVIIIe siècle“.

L’AVIS DE RECHERCHE DE MURTAGH
outlander saison 4 episode 11 avis de recherche murtagh
L’avis de recherche de Murtagh s’inspire des affiches du XVIIIe siècle. En réalité, ce type de publication n’aurait probablement pas représenté l’accusé à cette époque, mais pour que le public sache que Murtagh est l’homme “recherché” en question, le département artistique a ajouté une image de son visage. Son visage est dessiné dans le style d’une gravure du XVIIIe siècle, qui a ensuite été manipulée numériquement et ajoutée à l’affiche imprimée.

Découvrir le livre dont est tiré cet épisode

Acheter le Livre Outlander Tome 4 | Les Tambours de l'Automne de Diana Gabaldon - Saison 4 d'Outlander | Outlander Addict - La Boutique
Acheter le Livre Outlander Tome 4 | Les Tambours de l'Automne de Diana Gabaldon - Saison 4 d'Outlander | Outlander Addict - La Boutique

Retrouvez le décryptage de l’épisode 11 en Podcast

  1. OutlanderAddict - S04E11 - Tel père telle fille www.outlander-addict.com 48:07
Télécharger le Podcast
OutlanderAddict – S04E11 – Tel père, telle fille
(clic droit > Enregistrer le lien sous…)

🎧 Retrouvez les podcasts d’Outlander Addict sur les différentes plateformes de Podcast:
Retrouvez les podcasts d'Outlander Addict sur iTunes Retrouvez les podcasts d'Outlander Addict sur Deezer

2 commentaires

  1. Ce jeu de psychologie freudienne m’a semblé anachronique par rapport aux moeurs de l’époque. Le fait qu’il soit plaisamment accepté est déroutant. On n’est pas prêt en ces temps là à admettre d’être le jouet de son inconscient à moins de reconnaître que le malin est à l’œuvre. Sans doute cette scène, comme la modernité des dessins de Brianna, est-elle là pour mettre en avant le caractère effronté et fougueux de Brianna, prompte à déstabiliser son entourage. Probablement aussi pour qu’elle devine les penchants de Grey envers son père. Mais tout cela sonne malgré tout un peu gros, peu subtil, inutilement démonstratif.
    De la confrontation entre Claire et Jaimie, je retiens ce moment où Jaimie avoue sa crainte que Brianna n’ait pas besoin de lui. C’est un trait essentiel de la personnalité de Jaimie : être aimé et attendu pour ce qu’il est. Le consentement a toujours été à la base de sa relation avec Claire, il l’est aussi dans son approche paternelle. Rappelons que Jaimie a souvent été “utilisé” pour ce qu’il peut rapporter : un pion dans la rivalité de Colum avec Dougal, un moyen pour Dougal de mettre la main sur les terres du clan Fraser en speculant sur le veuvage de Claire, un marchepied vers le trône pour le Bonnie Prince Charlie, un étalon pour Geneva, un nom et un statut pour Loghaire. Même en saison 1, dans sa dispute avec Claire, il est émotionnellement désespéré de penser que sa vie et les risques pris semblent compter si peu pour Claire. Donc, un moment de belle vulnérabilité pour Jaimie et d’une grande sincérité.

  2. Bonjour Aurélie.
    Voilà encore un autre épisode qui fait suite directe du précédent, avec cette image de Roger sous la douche fort interpellante.
    Ce qui m’amène au tchat du décryptage n° 10 où j’en faisais mention en croyant qu’il en faisait partie.
    Et il est tout aussi vrai que, au cours du tout premier visionnage, ( il y a déjà un petit moment ), je n’en ai pas vraiment compris la raison.
    Mais aujourd’hui, on regarde Outlander pas uniquement avec les yeux et le cœur. Youppie!!
    C’est le rêve du pauvre Roger de pouvoir quitter cette réalité très dure et éreintante, de l’eau chaude à la place de celle glacée de la rivière et peut-être aussi quelque part, le plaisir de pouvoir se laver au quotidien.
    Et il est certain, que à ce moment là, on se dit qu’il a traversé les pierres, mais on est à nouveau dans le jeu de cache-cache qu’ Outlander s’amuse à nous offrir pour nous dérouter de l’acquis!!
    L’apprentissage dans la vie de Mohawks ne sera pas aisé pour notre Roger, confronté, une fois de plus, à un’ épreuve de force qu’il est incapable de gagner, mal nourri, épuisé de fatigue et sans entrainement aucun, il ne peut que succomber à la brutalité des coups nous laissant, à nouveau, dans le suspense de la suite.
    Les décors et tous le costumes de cette scène se posent dans une réussite très réaliste, (on en a déjà parlé et exploré les détails) et le ressenti de Richard quand il est arrivé sur place pour tourner la scène, est très éloquent.” Je n’ai pas eu l’impression de travailler, on a juste eu à se fondre dedans!” Ce qui veux dire que, vu de près, cela doit étonner grave!!
    Pendant ce temps, Jamie et Claire poursuivent leurs recherches, “distants” l’un de l’autre, encore incapables de se raisonner de ce qui s’est passé. Jamie qui porte écho des mots de Brianna comme une blessure qui saigne, Claire accablée par ce revirement de situation dramatique qui la laisse dans l’angoisse d’une issue plus qu’incertaine et la déception de ne pas pouvoir être là pour la grossesse de sa fille.
    Juste des mots et des phrases de liaison pour la nécessité, pour couper le silence qui est bien plus lourd à supporter que les charges du travail. Situation pas nécessairement insolite pour nos deux amoureux, mais dans ce conteste, elle devient attendrissante, je trouve, dans la mesure où tout deux semblent vraiment dépassés par ce qui leur arrive.
    Jamie tente un’ approche, il veut faire comprendre à Claire que malgré tout, ce que Brianna vit en ce moment et au loin, le tourmente. Sa propre détresse quand Claire était partie, refait surface, mais Claire est toujours renfermée dans son ressenti et ne lui porte pas le support espéré.
    Attendrissant moment que celui où Ian essaye de la convaincre à lui parler, qui s’affiche de tout l’amour qui l’ habite !
    Et cette mise au clair sur cette inertie de communication, les réconforte dans le partage, les gratifie à nouveau de cette compréhension réciproque dont ils ne peuvent pas se passer.
    Libérés de cet état oppressif qui les habitait, ils se retrouvent dans cet amour qui n’a pas de limite et qui, par sa réalité accomplie, redevient force indispensable à leur couple.
    Comme toi, j’ai fort aimé toute cette partie de l’épisode, les images des lieux et les lumières qui en découlaient, étaient vraiment très très belles, comme si la beauté de cette nature avait été choisie pour nous alléger d’un moment pesant dans la vie de nos deux amoureux. Très belle réalisation et un très bel écrit.
    Des beaux moments que les interprétations des acteurs nous ont charmés en plus avec des belles émotions.
    Bien plus au sud, nous retrouvons Brianna qui tâche, tant bien que mal, de s’adapter à la vie de River Run, en essayant de tenir tète à Jocasta qui souhaite la convoiter, malgré ses réticences, vers une situation de convenance.
    Malgré l’ accueil sans jugement qu’elle a porté à Brianna, elle s’impose avec des arguments, qui certes, font partie de la mentalité de ce temps, mais qui ne posent aucune alternative aux sentiments et au ressenti de Brianna.
    Et pourtant, ce superbe moment de l’offre de ses boucles d’oreilles pour la nouvelle toilette de sa nièce, en évoquant les souvenirs de sa sœur Ellen qui en a fait qu’a sa tète et a épousée l’homme qu’elle aimait, laisse sillage d’un regret dans ses yeux, comme si ses propres souvenirs la faisait souffrir encore aujourd’hui.
    J’aurait aimé que ce moment dure un peu longtemps, j’aime beaucoup les répliques qui définissent ce personnage et le timbre de voix de Maria, qui lui “colle” parfaitement bien.
    Et de même que Lizzie qui s’affirme à nouveau par sa discrétion zéro, Jocasta elle le fait, en dame de la haute société, en organisant un diner, avec un but bien précis.
    Les allusions, pendant les préparatifs, d’un Lord qui a été invité, pour moi, elles portaient un seul nom, et, quand enfin, dans un moment des plus tendu, Lord John fait son entrée ‘triomphale’ en illuminant la scène, je me suis dite que Brianna était sauvée.
    Et comme pour le générale Washington dans l’épisode 8, lui aussi venait de très, très loin. Il est vrai, que au niveau distance et temporalité, Outlander défaille un tantinet de temps en temps.
    ( Il me viens à penser que, quand ils ont tourné la série, il ne se doutaient probablement pas que “certaines personnes” auraient éplucher cela à loupe !!! hihihi!! )
    Il faut dire que ce David porte bien sa propre beauté, mais aussi, celle de Lord John, il a son regard rempli de tendresse, des yeux généreux de bons sentiments, et je t’avoue que revoir cet épisode après avoir lu ” Le prisonnier Ecossais,” ne pouvait que le confirmer. Diana a aussi su modeler ce personnage avec une redoutable et saisissante maestria et David lui rend toute son élégance et sa plénitude descriptive.
    Tu l’appelle le chevalier blanc et j’ aime beaucoup ce surnom, il le porte à merveille, cela définie le personnage, qui, je suis d’accord avec toi, il arrive toujours pile-poil quand il faut. La bonne fée d’Outlander!!
    J’ai bien ris aussi quand tu parles de combat de coqs en définissant les comportements de tous les autres prétendants, et il y a de quoi!
    Ils sont caricatures une plus risible que l’autre, le lieutenant Wolf, en tète de liste.
    Brianna, à table, leur a demandé de penser à un animal, moi je les avait déjà bien surnommé, l’inspiration n’étant qu’évidence.
    Le faste et le luxe des décors intérieurs, néanmoins, n’ont pas été suffisants pour me faire apprécier cette longue scène.
    Elle peut se considérer un flop dans la mesure ou elle nous fait tourner en rond pour bien peu de chose. Si on voulait nous faire comprendre l’attirance de John avec le juge, Outlander n’est en rien avare de petits geste ou répliques qui auraient été encore bien plus explicites.
    Cette scène de sexe dans la cuisine, c’est un flop encore plus flagrant, elle frôlait pour moi le ridicule, mal réalisée et mal jouée. Si elle avait pour but de se considérer( peut-être) un choix non discriminatoire, en plus d’un éclaircissement pour les auditeurs, désolée, elle s’affichait d’aucune utilité. Quand je pense aux scènes coupées, qui sont restées dans les oubliettes, elle en auraient valu largement le visionnage face à ça.
    Et ce n’était pas la faute de David, je l’ai déjà vu dans un’ autre série jouer le même rôle, rien à voir avec ce clin d’œil vite fait, déposé sous ton nez, telles les lunettes de soleil un jour d’orage!
    Fort interpellée aussi par le jeu de Brianna à table.
    A’ part le fait qu’ à ce point des chose j’aurait aimé connaitre les pensées des autres convives aussi, son interprétation ‘freudienne’ était décidément “gonflée”..
    Elle dit qu’elle l’a appris grâce aux cours qu’elle suivait, (sous titres fr.), soit, mais pousser ses connaissances à une telle sagacité intuitive, relève pour moi d’études bien poussés. Considérant qu’elle faisait d’études d’ ingénierie, ce sont deux mondes trop opposés pour moi pour qu’ils puissent se complaire d’une réelle maitrise de cette matière.
    C’est bien sûr mon avis, pour autant que je soit parfaitement au courant que pas mal de personnes possèdent plusieurs bacs à lauréat.
    Brianna est brillante et intelligente, mais là ont était dans un surfait flagrant.
    Ce qui est extrêmement réjouissant, par contre, est toute la scène avec Lord John à l’extérieur de River Run.
    Magnifique, des dialogues que j’ai adoré, enchainés les uns aux autres avec une fluidité de répliques du tonnerre.!
    Brianna, se croyant assurée de son avantage, venant d’une autre époque, pense gagner aisément, contrite, malgré tout, d’avoir à le faire, mais avec le but du choix le moins pénible pour elle..
    Mais là, elle trouve pain pour ces dents.
    Superbe Lord John, dans cette élégante finesse de s’exprimer tout étant bien redoutable!! J’adore ce personnage!!!.
    Il était certain, pour moi, qu’il n’aurait pas abandonné Brianna à son triste sort. John, voyant Jamie en elle et pour l’amour qu’il lui porte, jamais il l’aurait fait. Et cette réplique quand il le lui annonce, c’est la “classe” qui te comble de l’amour pour ce personnage.
    Sa main “de velours” convainc Brianna qu’elle peut se confier à lui, et on nous offre des superbes échanges dans le patio entre eux deux, avec en prime, le souci du détail de Outlander qui nous montre, en fond de scène, les travailleurs du domaine qui défilent.
    Paysages de toute beauté qui l’ entourent, et à chaque fois une lumière resplendissante. C’est vraiment un endroit superbe.
    J’aurais aimé aussi connaitre le contenu de la lettre, mais Brianna, malgré les différentes sollicitations, n’est pas prête à pardonner à Jamie. Fort caractère, déterminé à le rester, frustrée malgré tout, d’être entourée de mentalités qui la dépassent.
    Dans un registre tout aussi sombre, on retrouve Marsali, Fergus et Murtagh, confrontés à une clandestinité lourde à cacher , aux difficultés dues au manque de travail et à la recherche de Bonnet, par conséquence, pas vraiment aisée.
    J’ai trouvé les lieux du tournage à l’intérieur très obscurs, et bien d’accord avec toi sur le fait que Bonnet n’ait pas riposté. Cela trompait le personnage et se traitait d’une solution de rapidité et facilité.
    Voilà donc, un épisode que, pour moi, porte encore son histoire chargée de sens de culpabilité, détresse et angoisse.
    Quatre évolutions différentes pour les traiter, mais qui se fondent l’une dans l’autre sans se déranger avec des suites qui se tressent en harmonie accomplie.
    Beaucoup de réponses, en effet, qui nous attendent, je vais me complaire de ton prochain décryptage, merci pour les informations sur ton site, et prête pour tes donner encore mes impressions, of course!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *