TRADUCTION – Saison 5 – Article | Les costumes années 60 de l’épisode 12 Saison 5

 

 

 

 

 

 

 

 

Article paru sur le site townandcountrymag.com, publié le 11 mai 2020, écrit par Caroline Hallemann

Traduction en Français proposée par Maya J. | Relecture Aurélie

 

La créatrice de costumes de Outlander s’exprime au sujet de la vision des années 1960 de Claire dans l’épisode final de la saison

 

Trisha Biggar révèle ce qui l’a inspirée pour les looks des personnages dans les hallucinations de Claire, et pointe quelques pépites que vous avez probablement manquées lors de votre premier visionnage.

 

L’agression de Claire par Lionel Brown et ses hommes dans l’épisode final de la saison 5 d’Outlander est probablement l’attaque la plus violente que la série ait montrée à l’écran jusqu’à présent. Outlander ne craint pas les intrigues tournant autour de la violence sexuelle, une chose pour laquelle les scénaristes et les créateurs de la série ont été critiqués par le passé. Et les images de Claire en train de subir un viol collectif sont, à juste titre, difficiles à regarder.

Mais ce qui est intéressant dans l’épisode “Never My Love”, c’est la façon dont ces images horribles se juxtaposent à une sorte de séquence de rêve. Les images du viol de Claire sont entremêlées avec sa dissociation, et les téléspectateurs la voient se faire brutaliser, mais les images basculent rapidement vers une hallucination ; une vision dans son esprit de sa famille du 18ème siècle transportée dans le futur.

La costumière Trisha Biggar a été chargée de créer les looks inspirés des années 1960 pour des personnages comme Jamie, Marsali et Young Ian, des personnes qui ne voyagent pas dans le temps et qui n’ont pas encore fait leur apparition au XXe siècle jusqu’à présent.

“Je pense que le point de départ est en quelque sorte le fait que tous les personnages et ce qu’ils portent sont produits par l’imagination de Claire. Nous sommes dans son rêve, donc créer ces looks, c’était vraiment interpréter leur personnalité, et penser à la façon dont elle voudrait les voir à ce moment précis”, dit Biggar.

 

“Et ils sont tous dans un endroit heureux quand nous les voyons. Nous voyons Jocasta et Murtagh ensemble et mariés. Et Murtagh est toujours en vie, Jocasta n’est pas aveugle.” De même, Fergus a ses deux mains dans la vision de Claire.

Pour créer les costumes, explique Biggar, il a fallu “non seulement penser à ce que Marsali allait porter. C’était aussi, qu’est-ce que Claire envisagerait de faire porter à Marsali au 20e siècle ?”

Ci-dessous, elle détaille le look de chaque personnage.

Claire

La clé pour regarder cette scène est de se rappeler que nous voyons cette scène, et ces personnages à travers la perspective de Claire.

 

 

“J’essayais de rassembler dans son imagination l’idée de ce que les personnages allaient porter, mais aussi ce que Claire projetait pour eux dans ce contexte”, explique Biggar.

Claire est dans une jolie robe rouge. C’est une belle couleur sur elle, et la coupe est plutôt de la fin des années 60 et des années 70 en termes de période. C’est une robe très fine, une robe de type fourreau – très élégante. Elle est particulièrement apprêtée et très belle. Et au début, nous pensons qu’elle est très décontractée et à l’aise en attendant l’arrivée de la famille pour Thanksgiving”.

Il est évident qu’au fur et à mesure que la vision se poursuit, elle n’est pas aussi paisible qu’elle ne le paraissait au départ.

 

Jamie

 

Jamie peut sembler sortir tout droit des années 1770 dans l’esprit de Claire, mais Biggar a un peu modernisé son look pour la séquence.

 

“Nous avons fait une version du XXe siècle de son costume du XVIIIe siècle en réduisant la largeur de sa chemise qu’il portait rentrée dans son pantalon”, dit-elle.

“La culotte va dans les bottes, donc nous avons fait en sorte que le pantalon aille aussi dans les bottes, et nous avons fait son pantalon dans un denim noir, donc c’était un tissu contemporain, mais qui lui a quand même donné sa silhouette du 18ème siècle. Il s’adapte en quelque sorte au XXe siècle, mais il est encore très proche de son propre siècle”.

 

Le jeune Ian

 

Le jeune Ian a peut-être la transformation la plus frappante dans l’esprit de Claire. Il apparaît à la porte en uniforme militaire, suggérant qu’il a peut-être été au Vietnam.

 

Biggar dit que ce choix de costume était inscrit dans le scénario.

Le jeune Ian a été une surprise lorsqu’il est arrivé dans son costume de Marins US et je ne pense pas que cela reflète l’endroit où il était avec les Indiens, mais je suppose qu’il paraît plus mature dans un uniforme, qu’il a une sorte de confiance en lui et d’indépendance, même s’il a pu connaître des problèmes pendant son absence”, dit-elle, notant qu’il y avait de petites incohérences dans le décor et dans les costumes qui “secouaient un peu la conscience”, rappelant au spectateur que c’était un rêve.

“Par exemple, dans l’uniforme de Young Ian, les rubans de la médaille étaient faits de perles de wampum indiennes”, dit-elle.

 

Marsali et Fergus

 

Biggar pensait que Lauren Lyle, qui joue le rôle de Marsali, “était une personne parfaitement adaptée aux années 60”.

 

“Je veux dire, sa frange, et ses longs cheveux. Je pensais qu’elle serait parfaite dans les années 60, et je pense qu’elle l’était “, dit Biggar.

 

“Je l’ai mise dans une robe jaune avec des collants blancs et des bottes blanches, ce qui était très caractéristique de cette période, mais ce n’était pas trop fou ni trop extravagant parce qu’elle est là avec ses enfants. Mais je pense qu’elle était merveilleusement bien dans cette période. Ses cheveux, son visage. Elle était une vraie image de la fin des années 60, début 70.”

 

De même, elle a habillé Fergus avec un pull en tricot et un pantalon pour correspondre à l’époque. Il avait aussi une veste, mais il l’a enlevée dès qu’il est entré dans la maison.

“Je voulais qu’ils soient un jeune couple à la mode, mais pas trop voyant. Je pense qu’ils vont bien ensemble”, dit-elle.

 

Murtagh et Jocasta

 

Dans la vision de Claire, Jocasta et Murtagh sont à nouveau ensemble “heureux” et “amoureux”, et la tante de Jamie a adopté une sorte de style bohème.

 

Jocasta est un personnage complexe, vraiment. Elle est assez bohème ; elle est riche ; elle est créative, passionnée et un peu flamboyante. C’est formidable de voir qu’elle n’est pas aveugle”, dit Biggar.

“Et je suppose qu’il était tellement intéressant de la voir adopter un look légèrement bohème, qui lui va vraiment bien. Cela lui convenait à la fois à son caractère et à son physique. Elle était très belle à la fin des années 60 et au début des années 70, et elle porte également un imprimé coloré assez audacieux, ce qui attire les regards”.

Et si tous les acteurs ont pris plaisir à sortir de leurs costumes du XVIIIe siècle pour entrer dans les années 60, Duncan Lacroix, qui joue Murtagh, était peut-être le plus grand fan de son élégant blouson inspiré des années 70.

“À ce stade de l’histoire, Murtagh est mort, donc c’était tellement bien de le revoir en vie”, raconte Biggar.

“Son personnage a un esprit tellement libre. Il est en quelque sorte décalé ; il est non-conformiste ; il est fidèle. Je voulais qu’il n’ait pas l’air d’un homme âgé ordinaire, donc il porte une belle veste colorée. [L’acteur Duncan Lacroix] a adoré son costume, il l’a vraiment adoré. Je pense qu’il voulait le ramener chez lui.”

 

 


 

6 commentaires

  1. Super intéressant comme analyse…. Merciiiiiiii pour la traduction…. Pleins de symboles et de retour à d’autres moments importants de sa vie dans ce passage. Les personnes importantes à sa vie sont présentes sauf 3….Elle les attend impatiemment avec inquiétude…. Le dénouement vus à vis des Mac Kenzie montre qu’il y a autant de risques er de dangers de vivre au 20e siècle qu’au 18e siècle…. Une superbe saison avec un final qui ne demande qu’à voir la suite…. Certains éléments ont déjà été déposés pour les intrigues de la saison que nous ne sommes pas prêts de voir vu les conditions actuelles… En attendant, on va aller chercher les éléments et les réponses dans les livres…. Superbe travail d’équipe et quel talents…. Des jeux d’acteurs et d’actrices de ouf…. J’espère qu’ils seront enfin récompensés pour leur travail…. 🤣😂😉😁👍😍

    1. je suis tout à fait d’accord avec vous .Dans cette série les moindre détails ont leur importance. J’adore qu’on me les signale. Il y en toujours qui m’ont échappés.

  2. Les détails dans cet épisode en supportent le poids. Des choix superbement affinés, le melange subtile et avisé entre rêve et réalité. Un épisode dur et tendre, insoutenable et captivant, dans le jaune du soleil et le noir de la nuit. L’equilibre minutieux de tout ça, digne d” une balance d’orfevrerie, en fait un finale de saison qu’on est pas prêts d’oublier ! Outlander défile sur la passerelle dell’ Alta Moda’ avec l’élégance qui la rend unique, mais, avec de tels acteurs, il n’en pouvait pas être autrement !

  3. Un vrai plaisir de lire ces 2 traductions…très intéressant surtout, c’est cela permet de comparer avec notre ressenti immédiat.

  4. un final digne de cette saison qui reste après la première la plus réussie
    les acteurs sont extraordinaires: a quand les récompenses !!!
    l’épisode 12:
    dur et tellement tendre ,subtile entre ce qu’il voir et ce qu’il faut imaginer
    l’attente sera d’autant plus difficile

  5. Je regarde cet épisode en boucle pour m’imprimer de chaque détail (le vase bleu, la statue du bison, etc…). Concernant la robe de Claire, elle m’a rappelé la robe rouge de sa première visite à Versailles. C’est une couleur qui lui va bien et qui la met en valeur. Elle avait elle-même participé à la création de cette robe d’origine, on peut donc pensé qu’elle a passé du temps à chercher à se mettre en valeur. Donc, la robe rouge au XXème siècle s’imposait dans son esprit.
    En tous cas, c’est mon opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *