Les costumes de la saison 4 d’Outlander

costumes-saison-4-outlander

Découvrez ici le travail et les explications de la costumière Terry Dresbach pour la création des costumes de la saison 4 d’Outlander.

Sources :

Terry Dresbach et son travail pour les costumes de la saison 4 d’Outlander

Le saviez-vous ? Terry Dresbach est une grande fan d’Outlander

En six ans et quatre saisons, la costumière Terry Dresbach a fait d’Outlander, l’une des plus belles séries costumées de l’histoire de la télévision.

Terry Dresbach était fan de la saga Outlander écrite par Diana Gabaldon des années avant que son mari, le producteur exécutif Ronald D. Moore, n’obtienne les droits de la série télévisée.

terry-dresbach-exhibit-outlander-saison-4-costumes

En 2012, elle s’est retrouvée chargée d’aider à transposer à l’écran les personnages de ses livres préférés. Ses costumes ont conduit l’héroïne Claire Fraser (Caitriona Balfe), qui voyage dans le temps, de la Seconde Guerre mondiale aux Highlands écossais du XVIIIe siècle et à la cour française de Louis XV, puis de nouveau en Écosse pour la révolte jacobite de 1745, à Boston au milieu du XXe siècle, et enfin dans l’Amérique pré-révolutionnaire pour la saison 4.

Elle dit qu’elle n’avait pas prévu d’aller aussi loin avec la série, mais que, finalement, elle “devait les emmener en Amérique“.

Terry Dresbach, qui a créé les costumes de la saison 4 d’Outlander aux côtés de la co-costumière Nina Ayres, apporte son œil de fan à chaque bouton, chaque point et chaque imprimé. Son travail lui a valu une communauté de fans très dévoués au sein d’une communauté déjà très active !

Acheter le Livre Outlander Tome 4 | Les Tambours de l'Automne de Diana Gabaldon - Saison 4 d'Outlander | Outlander Addict - La Boutique
Acheter le Livre Outlander Tome 4 | Les Tambours de l'Automne de Diana Gabaldon - Saison 4 d'Outlander | Outlander Addict - La Boutique

Un mot d’ordre pour les costumes de la saison 4 : des vêtements chauds !

“Il y a un moment, à la fin de la saison 3, où je me suis tourné vers toute l’équipe en disant : ‘Je ne peux pas les habiller comme s’ils étaient dans le Sud de l’Amérique alors qu’ils tournent en hiver en Écosse. Tout le monde va mourir”, se souvient Terry Dresbach.

“Les femmes ne peuvent pas porter de petites robes en coton. Les hommes avaient l’habitude de retirer des couches à cause de la chaleur en Caroline du Nord, mais vous ne pouvez pas faire ça en Écosse. Nous avons donc littéralement dû changer la saison dans le scénario pour ne pas tuer 300 figurants et 25 acteurs principaux. Cela nous a permis de les habiller avec des vêtements chauds. Et c’était avant que nous sachions que l’hiver allait être horrible”.

Cette phrase du roman qui a inspiré Terry Dresbach

Terry D. explique qu’il y a une scène dans le livre qui l’a inspirée pour la garde-robe de Claire. C’est celle où Jocasta dit en gros : “Je vais te rhabiller avec mes vieilles robes“.

“C’est ce que les gens faisaient. Il était très rare qu’ils sortent et dépensent de l’argent pour acheter du tissu. C’était très, très cher et très difficile à obtenir. Jocasta ouvre simplement son armoire et dit : ‘Bon, ça ne me va plus, on va retailler cette robe et en refaire une autre.”

Quelle était la mode en dans les colonies du Sud ?

“Les tendances étaient les mêmes qu’en Europe”, explique Dresbach. “Si vous étiez un riche propriétaire de plantation en Caroline du Nord, vous auriez fait fabriquer vos vêtements en Europe et les auriez importés. De la même manière, les tissus venaient d’Europe.

Les propriétaires de plantations du Sud, pour des raisons politiques et historiques, étaient obligés d’importer des tissus du Royaume-Uni pour habiller les esclaves. Ils n’étaient pas autorisés à utiliser des tissus qu’ils fabriquaient eux-mêmes. Ils dépensaient une fortune pour importer de la laine afin d’habiller des gens qu’ils considéraient comme indignes d’autre chose que de la fripe.”

 

Retrouvez tous les articles autour de la série Outlander sur la Boutique

Pendentif Cercle de Pierres | Outlander
Pendentif Cercle de Pierres | Outlander

PROMO -0%


Boucles d'Oreilles Libellule | Outlander
Boucles d'Oreilles Libellule | Outlander

PROMO -0%


Collier Libellule Outlander
Collier Libellule Outlander

PROMO -0%


Bague de mariage - Alliance Claire - Jamie Fraser - Outlander saison 1
Bague de mariage - Alliance Claire - Jamie Fraser - Outlander saison 1

PROMO -0%


Broche Outlander | Je Suis Prest
Broche Outlander | Je Suis Prest

PROMO -0%

Broche Outlander Je Suis Prest
12.90€ 12.90€



 

Terry Dresbach quitte Outlander après la saison 4

Terry Dresbach a quitté son poste de costumière d’Outlander à la fin de la saison 4 et a transmis le flambeau à Trisha Biggar. En fait, elle n’était pas censée rester aussi longtemps.

“J’ai dit à Ron [Moore, son mari] avant le début de la saison 1 que je resterais jusqu’à ce qu’il trouve quelqu’un pour me remplacer et qu’ensuite je devais rentrer chez moi. Il n’a jamais trouvé personne et j’ai vécu en Écosse pendant près de six ans, ma date de péremption était dépassée.

À un moment donné, je me suis dit : “Bon, je veux emmener Claire et Jamie dans le Nouveau Monde. Je veux les voir à Fraser’s Ridge, l’un de mes passages préférés du livre. Je vais les emmener en Amérique. Ensuite, je pourrai partir.”

 

Quelques informations complémentaires sur certains des costumes emblématiques de la saison 4 d’Outlander

Les cartes postales d’Outlander Addict

La robe de Brianna pour traverser les pierres

«[Dans le tome 3], on décrit Claire portant une robe Jessica McClintock Gunne Sax [une ligne de vêtements du milieu du 20e siècle inspirée des périodes médiévale et Renaissance]. Pourquoi aurait-elle fait ça ? Elle savait ce qui l’attendait. Pourquoi aurait-elle mis une robe médiévale pseudo-paysanne en coton ? Elle ne l’aurait pas fait – elle savait qu’elle mourrait de froid ou serait à nouveau jetée en prison. Je ne pouvais pas lui faire porter cette robe mais je sais que dans le livre, c’est un passage clé, comme la robe rouge [dans la saison 2], et les lecteurs sont furieux de ne pas le retrouver. C’est donc Brianna qui la porte.

brianna-robe-18e-gunne-sax

Elle ne cherche pas plus loin, elle va dans son placard et dit : “On dirait que c’est d’époque“, quoi que cela veuille dire quand on a 19 ans et qu’on est ignorant. “Ça pourrait venir de la Renaissance, le 18ème siècle n’est-il pas la Renaissance ? On dirait quelque chose que les gens portaient dans le passé” – le passé signifiant quelques centaines de milliers d’années d’histoire.

Elle porte donc la robe avec ses bottes Frye, son sac guatémaltèque et une cape parce que les capes à capuche étaient très branchées en 1970. C’est à peu près à la même période que ces vêtements d’époque sont devenus à la mode. Brianna en avait une dans son placard. [Dans le livre], elle porte des vêtements de garçon, mais j’ai dû me battre bec et ongles sur ce point, car [elle aurait été] assassinée, jetée en prison ! Une fille marchant dans la rue au 18ème siècle portant des vêtements d’homme ? Non ! ”



Fergus et Marsali

Marsali est une jeune femme qui arrive en Amérique et se dit : “Wow, regardez tout ça“. Elle ne reste pas dans les traditions du passé. Elle va de l’avant.

J’avais aussi désespérément besoin d’une couturière. Dans la saison 3, j’ai dit : “Les gars, vous devez me trouver une couturière. J’ai besoin de quelqu’un qui sache coudre. Sinon, [les personnages] ne peuvent avoir qu’un seul costume chacun. Il y a une scène [plus tard dans la saison] où Fergus et Marsali vont rendre visite à Jamie et Claire au Ridge. J’ai demandé à ce qu’ils y aillent en chariot et qu’ils emmènent des choses. Un paquet de tissus pour chacun est chargé dans ce chariot, et plus tard, vous les verrez transformés en costumes.

fergus-marsali-saison-4-outlander-costumes

Fergus porte un manteau français appelé capote que les commerçants de fourrure français ont apporté en Amérique du Nord lorsqu’ils ont introduit le commerce de la fourrure. J’ai en tête une scène où Fergus se trouve sur le marché de Wilmington et voit un Français passer, il voit son manteau et se dit : “Eh bien, je suis bien français”. Avec Fergus, nous avons toujours souhaité conserver son caractère français.

Ian

Ian est comme un million d’autres jeunes hommes qui regardent les autres jeunes hommes autour et se disent : ” Je veux ressembler à mes amis “. Ses amis sont tous des Amérindiens. Il disparaît pendant des jours avec ses amis, et revient en portant des objets similaires aux leurs.

sac-porc-épic-Ian-Murray-Outlander

C’est un travail avec des piquants [sur le sac]. Ce sont des piquants de porc-épic et nous les avons tous fabriqués. Nous ne pouvions en acheter nulle part, alors je me suis tourné vers mon équipe de brodeurs et j’ai dit : “Devinez ce que vous allez faire ?”. Soudain, ils se sont retrouvés avec des tas de piquants de porc-épic tout autour d’eux.

La seule façon de les teindre, c’est avec de la teinture . Chaque fois que j’allais en Amérique, je revenais [sur le plateau en Écosse] avec une valise pleine de teinture et de piquants de porc-épic. Si quelqu’un était tombé dessus, il se serait posé des questions ! Vous pouvez voir à quel point c’est complexe. Il faut les tisser : vous prenez le bout pointu et vous le poinçonnez dans le cuir. Puis vous l’aplatissez et le pliez.

 



 

Le patchwork de la chemise de Brianna

Voici Brianna à Fraser’s Ridge.

chemise-patchwork-brianna-saison-4-outlander

Il existe une photo d’Yves Saint Laurent et de quelques mannequins en 1970. L’un des mannequins porte exactement cette tenue. C’est un look totalement années 70.

Si vous vivez en1970 et que vous remontez dans le temps jusqu’au 18e siècle, comment pourriez-vous être à l’aise avec un corset et des jupes longues, tout en étant actif ? Certes, elle ne peut pas porter ça en ville. Mais au beau milieu de la nature, à Fraser’s Ridge, elle va observer les hommes et adopter leur tenue. Elle sera ainsi sa zone de confort, bien que ce soit très rock’n’roll. C’est véritablement un costume qui déchire.

Il s’agit là d’une autre réalisation emblématique des costumes de la saison 4 d’Outlander !

“C’est un patchwork fait par mon équipe. Ça renvoie à cette idée de recyclage, quand vous avez usé un vêtement jusqu’à la trame et que vous l’avez coupé pour en faire une robe pour votre fille, puis pour le bébé, finalement, il ne vous reste plus que de minuscules chutes que vous utilisez désormais pour rapiécer les choses. Ce sont des chutes de tissu de notre département Costumes.

[J’ai dit à l’équipe], « Faites comme si vous étiez assis dans une cabane dans les bois. Vous êtes bloqués par la neige. Vous n’en sortirez pas avant trois mois. Il n’y a pas de téléphone. Il n’y a pas d’Internet. Il n’y a pas de télé. Il n’y a rien. C’est votre seule occupation. Et ils ont écouté le livre [Les Tambours de l’Automne, sur lequel est basée la saison 4] pendant qu’ils cousaient le patchwork.”

 

Les costumes des Amérindiens dans la saison 4 d’Outlander

L’absence d’archives a compliqué le travail du département Costumes

Créer des costumes pour les Amérindiens “a été la chose la plus difficile. C’était comme habiller les Highlanders écossais“, reconnaît Terry Dresbach.

“Vous parlez de deux groupes de personnes qui ont participé à une guerre génocidaire. Une partie de ce génocide consistait non seulement à les éliminer physiquement, mais aussi à éliminer leur culture. J’ai fait des recherches pendant un an et j’ai parlé à différentes personnes dans différentes tribus. J’ai passé beaucoup de temps à parler au Smithsonian (NdlT : il s’agit d’un musée et institut de recherche américain).

À un moment donné, quelqu’un du Smithsonian m’a dit : “Si vous m’interrogez sur les Cheyennes ou les Navajos, nous pouvons vous donner beaucoup d’informations parce qu’il y a des photographies“. Mais les Indiens des Terres boisées de l’Est ont été pratiquement anéantis, et les personnes susceptibles de conserver des informations à leur sujet étaient ceux qui les anéantissaient. Le peu d’archives qui restait a été brûlé dans une bibliothèque pendant la guerre civile. C’est insensé.”

De la création à l’état pur !

“J’ai fait des recherches sur les tenues [des Amérindiens] pendant un an, car je savais que nous devions faire les choses correctement. C’est incroyable à quel point mes recherches ont été similaires pour eux et pour l’Écosse. Dans les deux cas, j’ai eu un pincement au cœur lorsque j’ai réalisé qu’il n’y avait pas beaucoup d’informations.

Ce que j’ai appris avec [les quatre saisons d’] Outlander, c’est que vous construisez un puzzle, et que les pièces manquantes sont aussi importantes que celles que vous détenez, parce que vous devez compléter les trous vous-même.

Ensuite, vous faites appel à votre intuition, à votre cœur, à votre connaissance des gens, à l’anthropologie, à la sociologie. Que feriez-vous dans ces conditions ? Pourquoi choisiriez-vous ces couleurs ? Quelles sont vos contraintes géographiques ? Qu’utilisez-vous de l’environnement qui vous entoure ? Ensuite, vous devez vous faire confiance et vous lancer.

 



 

Jusque dans les moindres détails

“Imaginer les détails était vraiment difficile.

Il n’y a pas d’images. Une grande partie de nos informations proviennent de textes écrits par des hommes blancs du XVIIIe siècle, ce qui est plutôt problématique. Mais en trouvant suffisamment de ces textes et quelques petits croquis ici et là, quelques peintures, j’ai pu me dire : “Ok, je commence à sentir émerger quelque chose”.

Lorsque nous avons commencé à équiper nos acteurs indigènes, j’ai pu pousser un soupir de soulagement, car ils sont arrivés et ont dit : « C’est génial ». Vous devez porter une culture à l’écran sans être de cette culture. C’est vraiment important de bien faire les choses.”

Terry a toujours été animée par la volonté de bien faire les choses

“Nous souhaitions vraiment  essayer de donner une image aussi réaliste qu’il est humainement possible de le faire, tout en préservant notre quantité de sommeil”, dit Terry Dresbach. “Il était extrêmement important pour nous de bien faire les choses et de ne pas céder aux mauvais stéréotypes. Et c’était pénible de découvrir que je ne pouvais pas être sûre à 100 % de ce qui se faisait. J’ai dû rassembler un peu d’information ici et là.”

indien-outlander-saison-4

Les Cherokees

Une autre difficulté était d’essayer de trouver quelque chose qui représentait une tribu en particulier. Les tribus ont été décimées et regroupées. Vous aviez les gens qui vivaient sur la côte Est de l’Amérique, et d’autres qui vivaient près de la frontière canadienne. Il y avait des gens qui tissaient des tissus à partir de la végétation de leur environnement et c’est pourquoi les couleurs étaient différentes. À l’époque de l’histoire que l’on raconte, les Européens étaient déjà là depuis près de 100 ans, donc ils faisaient leur sale boulot depuis un certain temps.

outlander-cherokee

Le chef Mohawk

Comme il s’agit d’un chef Mohawk, il y a tellement de choses à raconter à son sujet. Il y a la façon charmante et si singulière dont il porte ce magnifique plumage en toute occasion.

Je voulais montrer une différence entre les Mohawks et les Cherokees. Nous avons décidé que les Mohawks portaient plus de wampums que les Cherokees, et plus de métaux.

Le style Mohawk était plus géométrique, alors que le style Cherokee était plus doux avec des lignes fluides. Nous avons utilisé des couleurs plutôt audacieuses pour les Mohawks et des couleurs plus douces pour les Cherokees. Nous nous sommes vraiment efforcés de faire des recherches justes et de réaliser chaque pièce d’artisanat de manière totalement fidèle et de la magnifier, tout en honorant leur culture.

 

Zoom sur quelques esquisses de costumes de la saison 4 d’Outlander

 

Découvrez aussi mon article complet sur les costumes de la saison 3

Les costumes de la saison 3 d’Outlander expliqués par Terry Dresbach

 



 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *