Outlander saison 7 | Autour de l’épisode 7 | Le guide pratique du voyage dans le temps

Outlander saison 7 épisode 7 : Jamie se prépare à affronter les forces britanniques. Roger et Brianna s’interrogent sur les intentions de Buck MacKenzie au XXe siècle ; William participe à la première bataille de Saratoga.

Titre original de l’épisode : A Practical Guide for Time-Travelers
Réalisateur : Joss Agnew
Scénariste : Margot Ye

Analyse de l’épisode 7 de la saison 7 d’Outlander

Je vous livre mes impressions et j’analyse certaines thématiques de ce septième épisode de la saison 7 de la série Outlander :

  • Buck remet un peu de sel dans l’intrigue au 20e siècle
  • Roger et Brianna intimes en rythme sur Phil Collins
  • Le parcours et les désillusions de William
  • Peu de temps d’écran pour Claire et Jamie

L’épisode 7, Le guide pratique du voyage dans le temps

A Lallybroch, les Mackenzie reçoivent la visite inattendue d’un parent de passage, qui leur fait part de ses soupçons sur leur nouvel ami. La bataille de Saratoga débute. (source: Netflix)

Complétez votre expérience

Pour compléter votre expérience de l’épisode 7 de la saison 7

Débriefing par les acteurs et les auteurs de la série

Entrez dans les coulisses de la réalisation de l’épisode 7 de la saison 7 d’Outlander

Les acteurs, auteurs, réalisateur et/ou le scénariste de l’épisode nous en disent plus sur l’épisode 7 “Le guide pratique du voyage dans le temps” : choix du titre, travail de certaines scènes, choix d’intrigues ou ce qu’ils aiment personnellement. Nous avons un aperçu du travail qui est opéré dans les coulisses de la série !

Coulisses de l’arrivée de Rob Cameron à Lallybroch
Retour sur l’épisode 7 de la saison 7 et le personnage de Rob Cameron “celui qui débarque à la maison pour dîner sans avoir été invité”…
😅
Ce que j’admire, c’est la constance avec laquelle les nouveaux acteurs qui arrivent sur la série sont merveilleusement bien accueillis par les “anciens” et la bonne ambiance qui se dégage de leurs interactions ❤🧡💛
Brianna et Buck au barrage de la centrale
Sophie Skelton et l’excellent Diarmaid Murtagh au barrage de la centrale hydroélectrique … 😊
Les enfants Mackenzie font les difficiles !
Une toute petite mini vidéo qui parle d’une anecdote concernant Rosa / Mandy 😉

Anecdotes et secrets de tournage Outlander Saison 7 épisode 7

Plongez dans cet épisode avec des croquis exclusifs, des plans de production et/ou des faits amusants fournis directement par l’équipe d’Outlander.

Dans cette section, le contenu original provient directement du site Starz. Je me suis “contentée” de le traduire en français. Ce contenu ne m’appartient pas.

Chez les Mackenzie

Les téléspectateurs en dehors du Royaume-Uni ne connaissent peut-être pas le Tufty Club, une organisation qui enseignait la sécurité routière aux enfants. Leur mascotte, Tufty Fluffytail, était un écureuil roux et est représentée sur le badge que Jemmy reçoit de son professeur dans la carte de titre (title card).

Quelqu’un a-t-il remarqué le clin d’oeil de l’équipe graphique ? Si vous regardez bien, vous pourrez peut-être voir que la bouteille de vin que Rob Cameron apporte à Lallybroch est en fait celle de Fraser & Cie (c’est-à-dire le domaine viticole de Jared Fraser).

 

Brianna à la mode des années 80

Personnellement, j’ai adoré voir la mode des années 1980 avec les costumes de Brianna ! La costumière Trisha Biggar a cherché à donner à Bree un look plus américain, en utilisant de vraies pièces d’époque plutôt que d’en créer de nouvelles. “C’était bien de pouvoir explorer son esprit pragmatique à une époque plus moderne.

Buck, un costume d’ici et d’ailleurs

Pour les costumes de Buck, l’objectif était de faire en sorte qu’il ait l’air hors du temps et de l’espace (parce que, évidemment, c’est le cas).

Lorsque nous voyons Buck MacKenzie pour la première fois, il est entièrement vêtu de ses habits du XVIIIe siècle. Ppar-dessus, j’ai ajouté ce qui aurait pu être un manteau d’équitation, qui semblait venir de la fin des années 70. Il aurait pu s’agir d’un grand manteau porté n’importe où en Amérique ou en Grande-Bretagne à cette époque.

Nous n’avons qu’un seul ensemble de vêtements contemporains pour visiter le barrage. Il a l’air de sortir d’une boutique de charité, très mal assorti, et il semble ne pas être à sa place et très mal à l’aise dans ces vêtements. —  TRISHA BIGGAR, costumière

Les soldats : costumes, maquillage, entrainement

Au cours de la saison, le département des costumes estime qu’ils ont équipé environ un millier de “soldats”. Heureusement, on ne les voit pas tous en même temps, car les uniformes étaient en nombre limité. En fait, les figurants étaient souvent habillés à la fois en continentaux et en britanniques à différents moments.

Les seconds rôles utilisés dans les scènes de combat ont assisté à plusieurs camps d’entraînement exténuants avec des conseillers militaires, l’équipe de l’armurerie et les assistants réalisateurs, afin de leur apprendre à tirer au mousquet, à se battre de manière appropriée dans une bataille et à tenir les armes comme le ferait un soldat de l’époque.

C’est toujours un défi de filmer dans le désordre…

Les champs de bataille étaient boueux et sales. Les gens sortaient couverts de sang, de boue et de tout ce que l’on peut imaginer, mais il y avait des règles selon lesquelles les soldats devaient nettoyer leurs uniformes toutes les semaines. Leurs vestes devaient être brossées. Les pantalons devaient être lavés, les gilets lavés, etc. Il y avait une grande buanderie dans les camps. Nous ne disposons pas d’une laverie aussi grande, alors nous essayons d’avoir suffisamment d’exemplaires pour remplacer les vêtements boueux par des vêtements propres si nécessaire… — TRISHA BIGGAR costumière

Les producteurs voulaient voir de la saleté sur le visage des gens, ce qui est assez difficile parce que la caméra l’atténue énormément. Il y a un fil tenu qui sépare une apparence pas exagérement sale à l’apparence ridiculement sale. Il est difficile de trouver le juste milieu…  La saleté, c’est ce que nous essayions de vendre avec cette bataille, vraiment. — ANN MCEWAN, créatrice de coiffure et maquillage

La vision romantique que William a de la guerre est ébranlée lorsque son ami, le lieutenant Sandy Hammond, est tué. Pour réaliser ce plan (sans mauvais jeu de mots), l’équipe des effets spéciaux a placé un dispositif d’injection de sang sous le tricorne de Sandy, ce qui a permis au sang de couler le long de son visage au moment où il a été abattu.

Tourner les scènes de la guerre d’Indépendance

Les fans d’Outlander attendaient depuis longtemps de voir se dérouler la guerre d’Indépendance. Mais pour le réalisateur Joss Agnew, il était important de s’assurer qu’il y ait un vrai ancrage émotionnel pour l’action.

Nous voulons être avec les personnages. C’est leur expérience du chaos et de l’horreur de la guerre. Nous voulions utiliser un procédé similaire à celui que l’on trouve dans les films contemporains. C’est comme la photographie de combat. C’est immersif. Vous êtes avec ce personnage.

L’action est fantastique, mais elle n’est rien sans ce qui la précède. Pourquoi ces personnages sont-ils là ? Pourquoi sont-ils obligés de faire cela ? Ou pourquoi ont-ils choisi de le faire ? Qu’est-ce que cela signifie pour eux ? Toute la construction émotionnelle qui précède l’action est essentielle. — JOSS AGNEW réalisateur de l’épisode 

Les différences entre les camps britannique et américain

Au fur et à mesure que la révolution progresse, nous sommes plongés dans deux camps militaires très différents : le camp britannique et le camp continental. Voici comment le concepteur de production Mike Gunn a abordé les nuances pour chacun d’entre eux.

L’armée britannique était assez arrogante. Elle pouvait se présenter en grand nombre avec de l’artillerie, camper dans un champ ouvert et ne pas se soucier d’être attaquée. Ils s’approchaient à moins de 30 mètres de leurs adversaires et les éliminaient…

L’armée continentale voulait les repousser dans les bois pour les en empêcher… C’est pourquoi nous avons décidé de placer le camp continental dans les bois et de faire camper l’armée britannique à découvert. Immédiatement, la géographie était différente. Les tentes étaient toutes différentes.

Dans le camp militaire britannique, les tentes étaient toutes identiques. Les tentes continentales varient en couleurs… ils n’avaient pas les ressources nécessaires pour produire des milliers de tentes identiques…

Il y avait donc un aspect très naturel dans le camp continental et un aspect beaucoup plus régimentaire et austère dans le camp britannique. — MIKE GUNN concepteur de production

Dans les camps britanniques, nous avons un sentiment d’opulence, d’apparat. Nous avons essayé de renforcer l’idée que les officiers étaient vraiment bien traités… qu’ils ne manquaient jamais de rien sur le plan alimentaire. Dans les camps, les gens ne sont pas aussi bien lotis. — STUART BRYCE, décorateur

Dans les camps continentaux, nous avons essayé de donner l’impression qu’il s’agissait d’une collaboration entre différentes factions de personnes qui se réunissaient pour une cause commune. Ces camps étaient un peu moins structurés… ils étaient plus créatifs dans la façon dont ils construisaient leur monde. — STUART BRYCE

 

Retrouvez tous les articles autour de la série Outlander sur la Boutique

Boucles d'Oreilles Libellule | Outlander
Boucles d'Oreilles Libellule | Outlander

PROMO -0%


Collier Outlander | Je Suis Prest
Collier Outlander | Je Suis Prest

PROMO -0%




PROMO -0%




PROMO -0%



 

Le costume de fusilier de Jamie

Lorsque Jamie rejoint les fusiliers de Daniel Morgan, il revêt la chemise de chasse emblématique du groupe – la tenue habituelle des montagnards de l’époque. L’équipe chargée des costumes a confectionné 50 à 60 chemises de chasse, toutes uniques, telles qu’elles auraient été portées au camp par les hommes s’engageant dans l’armée ou acquises à titre individuel.

ANECDOTE : À un moment donné, Washington voulait que l’armée porte un uniforme et pensait pouvoir l’habiller de chemises de chasse. Cela s’est avéré impossible en raison d’une pénurie de tissus ; la Grande-Bretagne bloquait les ports et les textiles ne pouvaient ni entrer ni sortir.

La bataille autour de la ferme de Freeman

Pour la bataille de Freeman’s Farm, les tâches les plus complexes pour l’équipe des effets spéciaux ont été la reproduction de la foule, les éclairs des fusils, les giclées de sang et l’ajout de fumée et de feu. Découvrez l’approche du superviseur des effets spéciaux Jon Neill pour s’assurer que les lignes de combat aient un aspect épique.

Deux plans de reproduction de la foule étaient prévus. Pour les Britanniques, nous avons placé la caméra en hauteur sur une nacelle à échelle, filmant les 40 acteurs figurants incarnant des tuniques rouges. Nous avons d’abord tourné une “plaque maîtresse” où les tuniques rouges et les officiers se trouvaient au centre du cadre. Nous les avons ensuite déplacés vers des positions marquées le long du front de la colline.

Du côté continental… nous avons placé les figurants sur le côté gauche de la cabane, puis nous avons effectué un panoramique d’un côté à l’autre de la ferme….. Nous avons ensuite déplacé les acteurs secondaires sur le côté droit de la ferme et les avons filmés…

L’étape finale a consisté à combiner tous ces éléments grâce aux effets spéciaux, ce qui a permis de créer l’impression d’une armée beaucoup plus dense que les hommes que nous avions sur place le jour même. — JON NEILL 

Voyez comment le département artistique a visualisé la ferme de Freeman avant et après (je ne voudrais pas être Freeman, c’est sûr) !

 

rejoignez Patreon

DANS LES COULISSES

Faites défiler les images !

Toutes les photos officielles de l’épisode

Captures d’écran de l’épisode 7 de la saison 7

Découvrir le livre dont est tiré cet épisode

Acheter le Livre L echo des Coeurs Lointains - Partie 2 de Diana Gabaldon - Outlander | Outlander Addict - La Boutique
Acheter le Livre L echo des Coeurs Lointains - Partie 2 de Diana Gabaldon - Outlander | Outlander Addict - La Boutique

Les illustrations de Pitch Mani

Retrouvez toutes les illustrations de Pitch Mani sur ses différents médias sociaux :

INSTAGRAMFACEBOOKSITE INTERNET

Elle vous offre aussi la possibilité de faire imprimer certaines de ses illustrations sur

sa BOUTIQUE ETSY

sur REDBUBBLE

Et pour découvrir qui est Pitch Mani, retrouvez notre entretien dans cet article sur mon site : Entretien avec Pitch Mani.

Retrouvez le décryptage de l’épisode 7 en Podcast

  1. OutlanderAddict - S07E07 - Le guide pratique du voyage dans le temps www.outlander-addict.com 50:20
Télécharger le Podcast OutlanderAddict – S07E07 – Le guide pratique du voyage dans le temps (clic droit > Enregistrer le lien sous…)

🎧 Retrouvez les podcasts d’Outlander Addict sur les différentes plateformes de Podcast:
Retrouvez les podcasts d'Outlander Addict sur iTunes Retrouvez les podcasts d'Outlander Addict sur Deezer

One comment

  1. Bonjour Aurélie!
    Avec cet épisode on nous amène avec une belle mise en scène dans les préparatifs au combat des deux campements, tout aussi bien que dans un tournant important de la vie de Roger et Brianna, avec un portrait assez élargi sur beaucoup de personnages.

    Et le premier est notre William qui se cherche encore.
    Être messager ne lui suffit plus, il a le ressenti d’un manque qui l’ éloigne de ce qui se passe autour de lui et du désir de s’impliquer pour honorer sa formation militaire.🫡
    La valoriser lui devient nécessité.
    La protection dont il a toujours profité par le rang de son père devient étriquée, il aspire à s’ assumer par lui même.
    Il s’est lié d’amitié avec Sandy Hammond, avec qui il partage, tant bien que mal au vu du conteste, des moments de complicité plaisants étant un jeune homme bien espiègle, au regard pétillant qu’il surnomme “l’éternel optimiste”.
    Ce compagnon d’un bref voyage a porté une certaine légèreté dans le scénario par un esprit juvénile presque insouciant, mais assumé par l’hardiesse de sa jeunesse.
    Et cette moitié de pomme 🍎 finie en sucrerie pour le cheval, qui nous a démontré la redoutable dextérité dans le maniement de l’épée acquise par William, m’a semblé symbolique de l’ amitié qui sera tranchée.

    Sa mort amènera William à se dévoiler de ce qu’il est au fond de lui même, par la douleur, la rage, l’envie de vengeance que “la férocité d’ Highlander” décrite par Claire, portera en démonstration définitive des gènes de son vrai père !
    Et par sa sépulture qu’il veut digne, le rappel du jeune Elias Pound sur le Porpoise dans la saison 3, se porte naturellement en similitude, étant tous deux représentatifs de jeunes vies sacrifiées dans tout combat.
    Ce qui fera de William “un homme accompli” comme lui dira plus tard le générale Fraser, car se battre c’est savoir aussi qu’on peut mourir!

    Étonnamment, on ne voit pas Jamie dans l’affrontement autour de la ferme.
    Par ses dires sous la tente dans l’épisode précédent, l’idée que ce soit lui à tuer Sandy m’a effleuré, mais c’est en effet le tireur accroupi dans le coin de la bâtisse qui a porté le tir mortel.
    Une fin de combat qui nous le montre gisant au sol, inconscient, pour un cliffhangher voulu, mais qu’au bout du compte, n’est pas des plus inquiétants!
    On sait qu’il ne peut pas encore mourir, ce qui nous a permis l’été passé, au moment de découvrir l’épisode, d’aller nous coucher l’esprit apaisé, car comme il l’a déjà dit..: “Quelques cicatrices de plus, peu importe!”😉 [S3E8]

    Par contre j’ai eu un peu de mal à cerner le personnage du général Fraser, surtout par sa façon de s’ exprimer plutôt insolite, utilisant des citations ou étirant ses phrases de façon théâtrale comme s’il voulait déjouer un grand malaise !
    Un personnage nommé dans les récits historiques de ce conflit qui se détache assurément des autres par une approche toute à lui, probablement en bouclier à tous les ravages que la guerre s’apprête a faire.
    Et prenant son rôle très au sérieux, il prendra le temps aussi de veiller sur le bien être de William avec la bienveillance d’un “père de substitution” attentionné.

    On découvre aussi dans cet épisode le nouveau visage de William Buccleigh MacKenzie porté par Diarmaid Murtagh que par sa taille et son allure imposantes définissaient très bien son rôle dans la série Vikings.
    En revenant-surprise du temps passé, il nous donne l’impression de quelqu’un d’ assez sauvage et interpellant, mais je le préfère de loin à Graham camouflé dans la saison 5!
    On nous le présente en homme qui a changé, mais j’ai des fortes doutes sur le fait que revoir Roger vivant ait été suffisant pour lui permettre soudainement d’être plus tolérant, même si, assis sur cette chaise tel que pour un interrogatoire, son récit nous touche par un destin qui l’a privé de tout ce qu’il avait.
    Il ne donnera toutefois pas réponse au pourquoi de sa venue, Brianna lui demandera plus tard aussi, mais à qui ou à quoi il pensait à l’approche des pierres, cela restera un mystère!!

    Ce que j’ai aimé dans cette scène est revoir la superbe cheminée qui trône à Lallybroch et autour de laquelle maintes autres révélations avaient été jadis réchauffées pas son feu crépitant!
    Brianna s’y appuie cherchant peut-être inconsciemment l’approche avec son passé, tout en restant méfiante face à cet homme qui lui rappelle les bouleversantes conséquences de la pendaison de Roger.
    Le commentaire de Buch bien franc en dévorant les sandwichs au beurre de cacahouètes 🥜, m’ a fait penser à la remarque de Jamie dans l’épisode “Le pain du futur”, en appuis aussi à la fierté de Brianna qui nomme ses origines écossaises par son père.

    Un personnage qui se dévoile en parallèle avec celui de Cameron pour calquer le troublant de ce dernier et créant l’antagonisme dans cet épisode.
    Le bon et le méchant, mais cette fois dans des rôles inversés aux yeux de ceux qui les approchent!!🔄
    J’ai beaucoup aimé la scène dans la roulotte assis sur la banquette où il apprendra la date de sa mort, qu’il me semble sera le seul avec BJR à connaître d’avance, et où ses idées archaïques sur l’approche des femmes refont surfaces pour mettre en garde Roger.
    “Un homme sait naturellement si quelqu’un a des vues sur sa femme”, ponctuant son accent sur le mot “femme” que j’ai adoré !😘

    Petit clin d’œil amusant…le nom de cet acteur n’ a certainement aucun rapport avec la série, mais hasard des choses, il se portera en accompagnateur et protecteur pour Roger dans son périple à venir!🤗

    Autre surprise de taille, Cameron arrive pour s’incruster à dîner! 😠
    Ce n’était décidément pas une bonne journée pour les MacKenzie ce jour là!!
    “Tuile” pour Roger(stfr), “pot de colle” pour moi, il est bien lourd dans les deux cas! 😤
    Provocateur accompli, il nargue même Roger d’un air des plus déjoués lui disant:
    “Le moment est mal choisi ?”!😠
    Moi je lui aurais répondu OUI avec véhémence avant de le renvoyer fermement chez lui, et dans tout ça, ce que j’ai eu du mal à accepter, c’est de voir Roger et Brianna dire toujours oui à tout, sans jamais s’ imposer, me faisant bouillonner de l’intérieur!!😡
    Ce qui me fait dire en souriant, que l’air de l’Écosse les rend décidément très mous, un peu comme à leurs débuts dans la série..(peut-être à cause du brouillard🤭) et que le XVIII ème stimulait mieux leur côté combattif!!😘

    Merci Aurélie pour avoir pointé ton regard sur la bouteille de vin du domaine de Jared Fraser que je n’avais pas vu..
    Est-ce le souci du détail de la série qu’après 5 saisons nous offre une liason tout aussi inattendue que opinée avec la 2e?
    Pour tout addict, c’est une certitude!!👍

    Et bien cohérent avec tous les autres manquements imposés à Roger dans les épisodes précédents, on laisse Cameron tout seul dans son bureau ayant déjà oublié ce qui c’était passé à l’école avec son cahier de notes!😲
    Il est vrai que quand on est stressé on fait parfois des bêtises..le problème est que Roger ne m’a jamais donné l’impression de savoir ce que c’est !!😁
    Quoi qu’il en soit, avec un inconnu de “taille” dans le trou du curé, un invité de dernière minute, le dîner à préparer, les enfants qui allaient rentrer et quelques verres déjà vidés, moi c’est comme dans la blague de la dinde au 🥃 whisky que j’aurais fini la journée…
    Effondrée parterre, la dinde brûlée aux chiens!🤣🤣🤣

    Après un regard plus attentif, il faut néanmoins reconnaître que Sophie et Richard s’en sortent pas mal. Ils ont été capables de se rendre très crédibles dans cette ambiance lourde de tension, même si je n’ai pas compris comment Buck a pu rejoindre les enfants dans la caravane sans se faire remarquer ( je n’ai pas la planimétrie de Lallybroch 😁) et pourquoi on n’ a pas entendu les enfants crier à l’approche de ce Noukelavee effrayant qu’il était à leurs yeux!!
    D’ailleurs, la main sur le feu qu’en rentrant dans la caravane, il s’est cogné la tête !🤭

    Inutile de préciser que les décors et les lumières sont, une fois des plus, superbes!🥰
    Bien évidemment je m’y retrouve car cette époque je l’ai vécue. Et sur la pile de jeux à côté du téléphone que Brianna utilise en panique pour la disparition de Jemmy, mon regard s’est posé sur les boîtes de Battel Ship et de Travel Scrabble égales aux miennes que je garde dans le coffre à jouets!

    Richard en kilt est superbe, sa beauté s’y reflète d’avantage le portant avec grande élégance..et pour cause, Roger avait tout intérêt à se mettre sur son 31, le rangement de la chambre l’attendait !!🤭
    Il faut dire que les décors dans cet espace de nuit bien ouvert de la roulotte, sont stimulants !!
    Des teintures aux couleurs chaudes dans une lumière aussi brillante que celle du soleil…
    les marguerites printanières sur les taies des oreillers (les mêmes que sur les lits des enfants)…
    les dahlias jaunes et bleues en imprimé sur le traversin (ou quelque chose de similaire)..
    le chemin de lit bien rangé a deux par des mains intentionnées (même s’il penche plus à gauche🤭)…
    D’évidence, le “bourdon” ne pouvait que partir à l’ouvrage!!😜

    Suspicion provocatrice en mouche d’ appât, les regards se croisent déjà, attisant l’intérêt…🤪
    L’approche s’impose concupiscent, les mains en éclaireur….
    Les doigts se tressent dans le plaisir jouissif du pouvoir silencieux…
    Les yeux égrillards par le corps devenu exigeant, la voix tremblante devient grivoise de propos…
    L’esprit primitif frémit d’impatience…
    Notre King Kong miniature est en éveil..
    Roulement de tambours..c’est le moment..

    Et moi, effrayée, j’ai zappé plus loin!!😲🫢
    Cette série est décidément trop osée pour moi!🫣

    J’avoue que cette scène dans le lit m’ a vraiment incommodé par son côté surjoué et gauche.
    Les préliminaires étaient parlants, j’ai beaucoup aimé le choix de la chanson de Phil Collins, mais malgré leurs efforts, Sophie et Richard ne portent pas la sensualité nécessaire pour aller plus loin, et des telles scènes entre Brianna et Roger, personnellement, je préférerais ne pas en voir!!

    Ce qui me ramène à Claire et Jamie que, pour peu qu’on les ait vu dans cet épisode, nous ont offert des moments remplis d’émotion !!
    Claire a besoin de lunettes, c’est Jamie qui le dit, et je trouve que, tout compte fait, elle a encore de la chance! 👓
    Si elles me sont indispensables pour lire, elles le sont tout autant pour écrire !✍️
    On la voit sur son écritoire, bien utile pour transporter tout le nécessaire dans les longs déplacements, plutôt interpellant dans la mesure où, en arrivant précédemment à Ticonderoga, ils ne possédaient plus rien!
    Mais il est vrai, que quelque petite bille d’or s’est peut-être révélée utile!😘
    Jamie lui offre un livre en Caslon douze points, spécificité qui m’était absolument inconnue, mais qu’un imprimeur comme lui ne pouvait pas ignorer!
    Et il était certainement pertinent de le nommer, car, la lecture motivée par l’intérêt m’a appris que la Déclaration d’Indépendance des États-Unis d’Amérique a été rédigée justement avec ces caractères là. 📜
    Bien évidement Claire, en tant que chirurgienne et aussi par un orgueil silencieux, nie l’évidence d’une telle nécessité!
    Mais c’est sans compter sur l’ homme qu’il lui tient tête, que pourtant elle connait très bien!!🤭.
    Elle finit donc par capituler aux propos convaincants de Jamie, qui n’est pas homme a se contenter d’un “non”( tome 1), et ce que j’ai aimé particulièrement au moment où il lui propose l’achat une fois en Écosse, c’est l’accent chantant de Sam bien différent à toute autre réplique que je n’ai pas souvenirs d’avoir déjà entendu, mais qui m’a fait penser à celui du général Fraser!!

    Le combat approche, la peur de se perdre l’un l’autre à jamais est dissipée par le rassurant de Claire qui lui promet qu’elle le retrouvera, quoi qu’il en devienne, en rappel des mêmes propos dans l’épisode La Garde [S1 E13] avant de partir avec Turan MacQuerrie!
    Et sous la tente, au moment du départ pour cette 1ere bataille de Saratoga, c’est le moment d’ apothéose de l’épisode !!
    Jamie demande à Claire s’il peut encore compter sur un baiser!💋
    Il a besoin d’être rassuré sur son amour se sentant probablement coupable d’un éloignement des plus que cette fois il a choisi.
    Par ce baiser il lui demande sa bénédiction en accord scellé à emporter pour le réconfort dans la bataille.
    Le plaisir comblé par sa réponse, fier de son amour pour elle et du sien, est vite remplacé par l’angoisse du départ, par celle ne pas savoir s’il allait la revoir, par celle d’un devoir qu’il ne pouvait plus reculer.
    Un Sam extraordinaire qu’en quelques secondes transforme son visage au gré des émotions qu’il doit exprimer avec une aisance époustouflante, nous offrant l’ intensité d’une appréciation absolue!
    Claire l’accompagne du regard, la mort dans l’âme en pensant à la sienne, les souvenirs de maintes et maintes batailles déjà vécues refaisant surface!
    Les pelotons de soldats se suivent, seul le destin sera désormais maître de leurs sorts!
    Et Jamie, le regard d’un guerrier, enjambant son chemin vers l’inconnu, avec cette chemise blanche élégamment sauvage et sa main gainée pour assurer une meilleure stabilité sur le fusil, est tout simplement royal!🤩

    Une fois de plus, dans cet épisode, la brillance des couleurs et la photographie sont superbes, et j’ai bien aimé aussi la robe turquoise que Brianna porte dans cet épisode.👗
    C’est grâce à tes décryptages Aurélie, qu’ on connaît l’importance des couleurs dans la série en message émotionnel et toutes les nuances du bleu ont déjà été déclinées très souvent dans l’épanouissement de leurs symboliques. Je suis incapable de les retenir, mais je comprends aisément à quel point les choix des couleurs puissent se révéler identitaires !!

    Il y a tout de même trois choses qui m’ont étonné dans la mise en scène de cet épisode!
    La 1re c’est quand Mandy crie dans son lit à causes du danger qu’elle ressent pour son frère, en remarquant que Brianna semblait déjà l’avoir prise dans ses bras avant que cela arrive….
    la 2e au moment où Jamie quitte la tente⛺️ pour partir au combat.
    Il en sort s’ acheminant avec les soldats qu’on voit défiler, me donnant l’impression que dans la scène suivante il en sortait à nouveau..
    et la 3e c’est la nonchalance de Buch venant du XVIIIe face au barrage!
    Mais il y a sans doute une raison que ma raison ne saurait expliquer!!!🤭

    Il y a quelques mois, tout ça nous amenait donc inexorablement au dernier épisode de cette 1ere partie de la saison 7!😔
    C’était déjà la fin, déjà l’attente et le manque qui se profilaient !
    Moi je dis qu’ils sont tous indecemment culottés de nous rendre si dépendants d’une manière si éperdue !!😘
    Mais nom d’un Franklin, que c’est bon de l’être !!🥰

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *